Les seniors et le portage, une histoire qui dure (2/2)

Le troisième cycle de vie professionnelle

Il débute passé 50 ans, âge où l’on rentre dans la catégorie des « seniors », c’est le cycle des turbulences et des dangers.
En effet, qui peut raisonnablement prétendre se trouver dans un poste sécurisé passé 50 ans ?
L’expérience depuis 15 ans et à la suite de centaines d’entretiens avec des cadres dirigeants permet d’affirmer que personne n’est à l’abri, pour des raisons nombreuses et variées, d’une rupture de poste survenant sur le tard.
Une carrière professionnelle est rarement linéaire, changement de poste, de fonction, d’entreprises voire de nos jours de métiers.
Les points les plus sensibles se situent lors des ruptures majeures surtout lorsqu’elles se produisent sur le tard.
La question est de savoir comment rebondir à plus de 50 ans, lorsque cela devient nécessaire ?

Le terrain de jeu pour les seniors


Les annonces

L’entreprise passe une annonce lorsqu’elle n’a pas réussi à trouver le candidat par le biais de son réseau relationnel, la conséquence est qu’elle recevra jusqu’à plusieurs centaines de candidatures.
Celles-ci seront criblées au travers de plusieurs tamis de sélection, expérience du secteur, âge, rémunération… adéquation au poste… autant dire que la perspective  de se retrouver en «short liste» se résume à une peau de chagrin. S’écarter d’un seul des critères du profil-type est éliminatoire.

Les candidatures spontanées

Viser une embauche rentre dans la probabilité de gagner les quatre bons numéros du loto de la française des jeux,
soit 1 sur 1 053 !

Ces deux démarches s’inscrivent dans le cadre du marché apparent de l’emploi, il convient d’élargir de champ.

 ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Analyse du marché de l’emploi

L’entreprise s’organise par projet, si le projet est de nature stratégique, elle va chercher à confier la responsabilité de sa conduite à un directeur ou chef de projet. Ressource qu’il va trouver en interne et si il ne la trouve pas, il va chercher à la recruter en externe.

Ce responsable de projet n’a pas vocation à gérer socialement ce type de ressource, son intérêt est de s’adjoindre des talents qui vont combler une carence dans son dispositif. Il agit dans le cadre d’un budget et préférera donc gérer cet apport au travers d’une facturation d’honoraires, se délestant ainsi des aspects sociaux.

Passer d’une mentalité d’employé à celle de prestataire

Les entreprises en France sont réticentes à embaucher un senior, les chiffres sont là. Multiples sont les raisons objectives ou irrationnelles qui conduisent à cette situation.

Etablir une relation par le biais d’un contrat de prestations de service va permettre de lever ces hésitations et contraintes. Il est plus simple de formaliser un contrat d’intervention dans le cadre d’une mission précise, avec un descriptif des livrables attendus… Ces derniers peuvent être appréciés, évalués…

Compte tenu des contraintes liées au droit du travail français, certaines structures étrangères préfèrent faire appel à de la prestation de service plutôt que d’embaucher, par méconnaissance du paysage réglementaire, ou en fonction de rumeurs ou d’idées reçues…
Plutôt que de s’offusquer ou de lutter contre cet état de faits, autant s’appuyer sur ces volontés et faciliter la conclusion d’un accord.

Le premier point fort en intervenant en tant que consultant, est  l’absence de lien de subordination, donc une certaine liberté dans le choix des méthodes pour remplir la mission ainsi que dans la gestion du temps.

Autre aspect bénéfique lors d’une intervention en tant que consultant, est la confrontation à l’essentiel. Le temps est précieux – la facturation s’établit au temps passé. Les demandes sont donc prises en considération, les rendez-vous sont respectés ainsi que le timing des réunions…
Quant à la protection sociale et à la sécurisation du parcours professionnel, le portage salarial garantit  les mêmes droits qu’un salarié, tout en apportant la flexibilité attendue par l’entreprise.

Le portage salarial  permet de rester actif  après 50 ans

Retrouver un emploi à plus de 50 ans est un réel défi.
Mais que faire si l’opportunité d’une mission se profile et que créer son entreprise présente de haut risque et des lourdeurs administratives ?
Le portage salarial permet d’assurer des missions en toute autonomie en gardant le statut de salarié. Ce dispositif est d’autant plus plébiscité par les seniors qu’il requiert des expériences pointues et une grande autonomie.
Le porté senior garde l’initiative des contacts, met au profit d’une ou plusieurs entreprises son expérience, de ce fait son âge devient un véritable atout.

Pour le cadre senior, le portage salarial offre plusieurs avantages :

  • Valoriser son expérience
  • Donner une nouvelle orientation à sa carrière
  • Dépasser les difficultés de recrutement dues à l’âge
  • Conserver le statut de salarié pour compléter ses droits à la retraite ou cumuler  retraite et salaire

Aujourd’hui, plus d’un tiers des Professionnel Autonomes portés par les sociétés du Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial PEPS sont les seniors (39%).

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *