Articles

1er juillet 2017 : Mise en place de la convention collective du portage salarial

La convention collective de branche des salariés en portage salarial du 22 mars 2017 est étendue par un arrêté paru au Journal officiel du 30 avril, sans aucune exclusion, mais avec quelques réserves. Elle s’appliquera en conséquence à compter du 1er juillet 2017.
Visant à « parachever la sécurisation » du portage salarial, la convention collective de branche des salariés en portage salarial, conclue le 22 mars 2017, est d’ores et déjà étendue par un arrêté du ministre du Travail du 28 avril 2017. Selon la volonté de ses signataires, la nouvelle convention prendra effet le premier jour du premier mois du trimestre civil qui suit la parution de son arrêté d’extension, c’est-à-dire à compter du 1er juillet prochain.

Une étape décisive

Négociée en accord avec le ministère du Travail, la convention collective nationale sécurise les conditions générales de travail et d’emplo i et les parcours professionnels des salariés portés (v. l’actualité n° 17295 du 28 mars 2017). Elle est destinée à s’appliquer à des salariés disposant d’une qualification professionnelle de niveau III au moins, ou d’une expérience significative d’au moins trois ans dans le secteur d’activité, cadres ou non-cadres. Rappelons que les partenaires sociaux ont signé, concomitamment à cette convention, un accord de méthode listant des thèmes, qui restent à négocier, pour que le cadre légal du portage salarial soit sécurisé et que les pratiques des entreprises soient harmonisées.

Une extension sans exclusion

Étendue le 30 avril 2017, après passage en commission nationale de la négociation collective, le 25 avril, la CCN est étendue avec 12 réserves, rappelant des dispositions du Code du travail à respecter lors de la mise en œuvre de telle ou telle disposition conventionnelle, mais sans exclusion.

La première réserve rappelle le champ d’application du cadre spécifique, défini par l’ordonnance nº 2015-380 du 2 avril 2015, ratifiée par la loi Travail du 8 août 2016. Le premier alinéa de l’article 1er de la CCN est étendu par l’arrêté après rappel que dans l’hypothèse où l’entreprise de portage salarial établie à l’étranger intervient dans le cadre du détachement, tout en se conformant à son obligation de déclaration préalable et de garantie financière, elle ne se voit appliquer que les dispositions conventionnelles faisant partie du « noyau dur », dont les matières sont listées à l’article L. 1262-4 du Code du travail.

Autre réserve à souligner : l’article 21-3 de la convention collective nationale, relatif à la rémunération minimale, doit être appliqué de façon à que la décomposition de cette rémunération s’entende comme une garantie mensuelle de 70 % du plafond de sécurité sociale (PSS) pour un salarié porté junior, de 75 % du PSS pour un salarié porté senior et de 85 % du PSS pour un salarié porté en forfait jours et d’une réserve financière qui n’est perçue par le salarié porté qu’en fin de mission.

(source : http://www.wk-ce.fr/actualites/detail/99441/la-ccn-du-portage-salarial-est-etendue-avec-12-reserves.html)

Une convention collective pour le portage salarial !

Jean Pierre AYER, Chantre du Portage Salarial depuis plus de 20 ans (Intervenance, ITG…) et président d’High Potential Resources célèbre cette avancée majeure qui va enfin permettre de promouvoir cette nouvelle voie associant la dynamique entrepreneuriale avec la sécurisation du parcours professionnel que nous avons défendue avec abnégation et obstination au travers de notre représentation syndicale (PEPS).
Il est réconfortant que le réalisme et le pragmatisme puissent enfin se faire entendre et favorise le retour à l’activité des seniors dans notre pays.

La convention collective du portage salarial prendra effet le premier jour du premier mois du trimestre civil qui suit la parution au JO de son arrêté.

Cet accord historique a été mené en 4 mois avec l’ensemble des partenaires sociaux.

Parmi les points les plus saillants de l’accord de branche :

  • Toute personne en capacité d’autonomie, experte et qualifiée, rémunérée 2 000 euros net peut désormais prétendre au portage salarial

Deux mécanismes de sécurisation des parcours :

  • Collectif : la mise en place d’un fond de mutualisation
  • Individuel : la création d’une réserve personnelle utilisable par le salarié-porté, en cas de période d’inactivité (10% de la rémunération du salarié-porté).

En décembre dernier, le portage salarial a été reconnu comme une branche professionnelle par le Ministère du Travail. Aujourd’hui, le PEPS et les syndicats des salariés signent à l’unanimité un accord de branche historique. Cet accord permet au portage salarial d’étendre son public-cible et d’apporter deux mécanismes de sécurisation des parcours des salariés-portés.

Une négociation singulière pour un dispositif innovant

C’est dans un contexte de réduction du nombre de branches professionnelles que la Ministre du Travail a accédé à la demande des partenaires sociaux pour créer une nouvelle branche relative au portage salarial.

Cette signature est donc le fruit de la négociation entre les partenaires sociaux (CFE-CGC, CFDT, CFTC, Force ouvrière et CGT) et le PEPS, seule organisation patronale représentative et seule négociatrice de l’accord avec les syndicats de salariés.

Cet accord validé à l’unanimité en seulement quatre mois est historique. Il montre le haut niveau d’engagement des différentes parties-prenantes, qui une fois la confiance installée, peuvent bâtir des solutions innovantes, durables et qui répondent à un besoin croissant de Français ; c’est-à-dire un dispositif alliant à la fois autonomie dans leurs activités et filet de sécurité grâce à la protection sociale qui leur est due.

« Les partenaires sociaux du patronat et les syndicats de salariés ont démontré de façon commune leur attachement à l’innovation sociale que représente le portage salarial, avec le soucis permanent d’apporter un cadre juridique utile et efficace à la fois aux salariés portés et aux sociétés de portage », se réjouit Patrick LEVY-WAITZ, Vice-Président du PEPS et Responsable de la délégation patronale.

L’accord de branche « Portage salarial » est ainsi l’aboutissement du travail entrepris par le PEPS afin de reconnaître ce dernier comme un statut singulier de plus en plus plébiscité et approprié aux nouveaux besoins des indépendants.

Elle permet surtout d’apporter les éléments de sécurité nécessaires pour les salariés-portés et les sociétés de portage.

L’accord de branche pour sécuriser les parcours des salariés-portés

L’accord de branche met en place deux mécanismes de sécurisation de parcours.

Le premier est collectif puisqu’il met en place un fond de mutualisation. Sur 1,6% de la masse salariale consacrés à l’effort de formation des salariés-portés, l’accord en prévoit 0,3% consacré à un fonds de mutualisation visant à sécuriser les parcours des portés. Son objectif sera défini dans le cadre de l’accord de méthode qui sera écrit dans les mois à venir.

Le deuxième mécanisme est plus individuel puisqu’il concerne avant tout le salarié-porté. C’est la mise en place d’une réserve utilisable en cas de période d’inactivité, correspondant à un montant 10% de sa rémunération brut.

Forte de ces deux mécanismes de sécurisation de parcours professionnels, le portage salarial étend la cible de son public en réduisant la rémunération minimale. Aujourd’hui, toute personne qui gagne 2 000 euros net peut prétendre au portage salarial. En effet, avec l’ordonnance de 2015, la rémunération plafonnée était élevée, ne permettant pas à un ensemble de personnes notamment en région, qui remplissait pourtant tous les critères, d’accéder au portage salarial.

« Sur le fond, l’accord est à la fois ambitieux et équilibré. Le portage salarial s’imposera donc à l’avenir comme un des statuts principaux qui permet aux indépendants de développer leur activité avec un niveau de sécurité optimum. Par cet accord, la France qui fut longtemps en retard dans ces nouvelles formes d’emploi, ouvre une nouvelle voie à l’emploi », déclare Patrick LEVY-WAITZ.

Le PEPS tient enfin à remercier la Ministre du travail et les services de la DGT (Direction Générale du Travail) pour l’aide qu’ils ont apporté tout au long de la négociation.

Création de la Branche professionnelle du Portage Salarial

Jean Pierre AYER pionnier de cette forme d’emploi se félicite de cette avancée qui contribuera à libérer l’énergie bien utile par les temps qui courent en levant les dernières hésitations dans l’utilisation de ce dispositif.

Spécialiste du Portage Salarial pour les cadres et les ressources de talents, High Potential Resources facilite la conclusion de missions dans le management de projets, les ressources humaines, la communication et  bien d’autres domaines… Les différents acteurs bénéficient d’une expérience de plus de 20 ans même pour des missions atypiques se déroulant sur des théâtres sensibles, une garantie dont tous profitent.

Communiqué du PEPS 

Jeudi 1er décembre, la Ministre du Travail, Madame Myriam El Khomri, a reçu le syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial, le PEPS.

La création d’une Commission Mixte Paritaire (CMP) « PORTAGE SALARIAL » ouvrant la négociation d’une prochaine convention collective a été officiellement annoncée, créant de facto la branche d’activité professionnelle du portage salarial.

« L’Union fait la Force ! »

Le PEPS, seul syndicat patronal du portage salarial représentatif se félicite de l’ouverture de cette CMP.

C’est incontestablement le fruit d’un dialogue social constructif et innovant entre les organisations de salariés, le Ministère du Travail, l’Observatoire paritaire du portage salarial (l’OPPS) et le PEPS.

La création de la branche d’activité professionnelle du portage salarial est l’aboutissement d’un processus qui a vu naître l’ordonnance gouvernementale d’avril 2015 et sa ratification dans la loi travail en août 2016, promettant à cette nouvelle forme d’emploi un développement important répondant aux besoins d’une nouvelle organisation du travail en France.

Dans un contexte où le gouvernement veut réduire le nombre de branches d’activités professionnelles, ce résultat montre d’autant plus l’importance que le gouvernement accorde au portage salarial, secteur d’avenir pour l’emploi permettant d’apporter une protection sociale maximale à des professionnels indépendants et autonomes.

« Démonstration est faite que le dialogue social est possible, l’union fait la force ! Cette CMP est une excellente nouvelle pour les salariés portés comme pour les autres professionnels indépendant, cela renforce l’encadrement du secteur et valorise les pratiques du portage salarial », précise Hubert CAMUS, Président du PEPS.

Une réponse aux mutations de l’économie

Le portage salarial est l’une des solutions qui s’adopte aux nouveaux besoins de l’économie, dans un contexte où le chômage est persistant, garantissant à l’indépendant qui choisit le portage salarial une meilleure protection sociale, un accompagnement durable et des formations adaptés.

Pour cela et grâce à cette reconnaissance, le PEPS s’engage à défendre les intérêts de chaque « salarié-porté » ainsi qu’à mettre à disposition ce statut innovant au plus grand nombre d’indépendants qui le souhaitent.

Le PEPS partage, enfin, les propos de Patrick LEVY-WAITZ, Président de l’ OPPS qui appelle de ses vœux à une négociation d’une convention collective « audacieuse qui doit prendre pleinement en compte les besoins des indépendants et plus généralement les mutations profondes du marché du travail. »

Quels honoraires facturer pour maintenir votre pouvoir d’achat ?

Vous avez passé une bonne partie de votre carrière professionnelle en travaillant pour une entreprise dans le secteur privé ou public.
Vous étiez rémunéré à partir d’un salaire brut annuel négocié ou en fonction d’une grille de salaire établie au sein de l’entreprise. A ce salaire brut, pouvaient être associées des primes, éléments variables de salaire à prendre en compte également.

Vous souhaitez avoir davantage d’autonomie dans le choix de vos missions, de liberté dans la gestion de votre temps de travail au gré de vos envies, sans contraintes.
Vous envisagez de travailler en indépendant et de facturer dorénavant des honoraires à vos futurs clients.

Il convient donc de passer d’une mentalité « d’employé » à celle de prestataire, et de définir votre tarif.

 

Comment calculer son prix de journée…

Une formule de calcul simple et rapide peut vous aider à convertir votre précédent salaire brut annuel en équivalent honoraires journaliers à facturer :

Rémunération brute annuelle : 66 000 €
Charges patronales (52 %) :  34 320 €
Salaire coût chargé  : 100 320 €
Frais de gestion (10%) : 11 147 €
Honoraires à facturer : 111 467 €


Sur une base temps complet :                                                      Sur une base intervention mission :

111 467 / 218 =  511  €/jour                                                         111 467 / 120 = 929 €/jour

 

En moyenne un consultant facture 120 jours d’intervention par an.
Le reste de son temps étant consacré à sa prospection commerciale, négociation de mission, veille, formation….

En tant que prestataire de services, vous devriez pouvoir reconstituer votre ancienne rémunération avec  ces 120 jours de prestation (vs 218 jours de de travail annuel). Chaque journée qui sera facturée au-delà de ces 120 jours, représentera un gain pour vous (vs votre précédent revenu annuel).

 

Le prix demandé est le reflet de l’expertise maîtrisée…

Et des talents que l’intéressé va mettre à disposition du donneur d’ordre, c’est donc un élément majeur qui ne doit pas être négligé. Il convient de raisonner en retour sur investissement, en terme de profits que la prestation va générer, faisabilité d‘un projet, respects des délais de livraison, garanties d’une réalisation selon les règles de l’art, profits financiers…

Si l’entreprise de Portage Salarial a su s’organiser en « cabinet conseil » et se faire reconnaître comme telle par les marchés, le consultant bénéficie d’un positionnement « cabinet » vis-à-vis des acheteurs de prestations intellectuelles.

La grille tarifaire de référence est 30% supérieure à la grille d’achat de prestations « solo », ce qui couvre largement  le montant des frais de gestion qui rémunèrent la société de portage salarial.

De plus, l’entreprise de portage salarial est reconnue par le client comme une organisation structurée, qui a un poids juridique sans commune mesure avec celui d’un intervenant isolé. Les conditions financières et les délais de règlement sont bien mieux respectés, le consultant est bien mieux sécurisé que s’il intervenait en solo.

 

Il convient de gérer au mieux vos salaires…

Vous l’aurez compris, lorsque vous serez sur le terrain (en mission), vous demanderez à HPR de facturer vos honoraires au prorata des jours prestés.
Lorsque vous ne serez plus en intervention (prospection, congés, formation…), il n’y aura plus de factures adressées vers votre client, donc plus d’honoraires à encaisser pour votre compte.

En optant pour un statut de prestataire de services vis-à-vis de vos clients, il vous faudra gérer au mieux vos demandes de salaire vis-à-vis de HPR, afin de pallier aux périodes où il n’y aura plus de facturation.
Certains mois vous pourrez avoir une forte rémunération et d’autres, moins voire pas du tout s’il n’y a plus de missions.
Vous devez donc optimiser vos flux d’argent pour vous permettre de lisser votre rémunération tout au long de l’année, si besoin.

Après plus de 15 ans à accompagner des consultants dans la négociation et réalisation de mission,
HPR a mis en place une ingénierie salariale de pointe pour vous permettre d’optimiser vos revenus.

Pour en savoir plus, 

Témoignages « Vae Retro Curriculum Vitae ? Et si on faisait autrement… »

« Vae Retro Curriculum Vitae ? Et si on faisait autrement… » est désormais disponible en format kindle sur Amazon et sur le site de la FNAC.

Pour découvrir le contenu de ce livre de référence dédié aux seniors, pour les aider à rebondir et prendre en main leur vie professionnelle, cliquez ici.

Ce livre est d’ores et déjà plébiscité par des consultants, des organismes d’aide au redéploiement, les médias… Vous trouverez ci-dessous quelques témoignages parmi les nombreux reçus.

L’ouvrage de JP AYER est un miroir du monde professionnel des cadres en France en 2013. Ce livre , sans fioriture, va à l’essentiel et a deux qualités principales /
– c’est une parfaite synthèse des méthodes et outils existants pour aborder son 3ieme cycle de vie professionnelle, l’après 50 ans. Tout est abordé marketing, psychologie, communication.
– il se lit très facilement avec cette envie d’essayer immédiatement la recette donnée.
Plus qu’un livre c’est un support méthodologique de travail.

Dans le livre de Jean-Pierre Ayer, j’ai tout particulièrement apprécié la pertinence du regard qu’il porte sur les seniors, confrontés – à un moment ou à un autre – à un changement de paradigme qui doit être analysé, compris et assumé. Il me semble que ce qu’il écrit à ce propos est d’une rare clairvoyance et traduit une riche expérience en la matière.
S’agissant des solutions qu’il préconise, et qui s’écartent là aussi des lieux communs, elles constituent de mon point de vue une “boite à outils” originale dans laquelle il faut savoir puiser intelligemment, en sachant s’adapter au contexte. La difficulté de l’exercice ne réside pas tant dans le choix de l’outil que dans sa mise en œuvre et, de ce point de vue, il convient de faire preuve d’une certaine humilité et d’accepter de passer par une période d’apprentissage. En effet, ce n’est pas parce que l’on dispose d’un poste à souder que l’on est capable, du premier coup, de réussir le bon geste…
Mais Jean-Pierre Ayer nous pousse à sortir des sentiers battus, à ne pas fixer sa conduite sur le rétroviseur (le “CV”) et à adopter une autre vision de la route à suivre. Je le remercie des conseils avisés qu’il a bien voulu rassembler dans son ouvrage, véritable “vade-mecum” du senior voulant rester actif en valorisant ses acquis et son potentiel.

Ce livre est très intéressant et très abordable. J’ai aimé le côté pragmatique et la vision décalée sur le sujet; en opposition à la vision classique du CV on entre dans une proposition plus « avantage du produit »
Beaucoup d’idées dans la recherche de la photo, dans la description du savoir faire et des talents, dans la présentation même sous forme d’un marque page.
C’est l’expérience personnelle qui parle, et bien qu’ au départ je l’ai trouvé particulièrement adapté aux seniors je pense qu’il est adapté à tous les publics.

C’est du bon travail !!
Ce livre devrait beaucoup apporter à nos cadres ayant perdu leurs repères.»

L’utilité pour moi d’avoir ce livre est d’avoir l’accès direct au « pour aller plus loin » que demande certains stagiaires.
Comme j’utilise certains des outils du livre comme le DESC par exemple dans le cadre d’une formation sur l’assertivité.
De rebondir sur cet outil et de faire passer l’ouvrage sur le sujet en question
Cet ouvrage truffé de basiques est utile pour des consultants juniors et seniors, mais aussi des vendeurs, des  formateurs, des coach…
Egalement une porte d’entrée sur les réseaux sociaux.
Pour l’instant je les vends aux personnes intéressé en dehors de la formation, et je pousse pour les intégrer dans le package formation, comme un service en plus.

Seniors, racontez-vous auprès des recruteurs !

Par Christine Lagoutte.

Logo FigaroÀ partir de 50 ans, les stratégies pour accéder à l’emploi se démarquent des voies traditionelles : marquer les faits saillants de ses différentes expériences en y incluant les changements de parcours peut devenir un atout.

Comment rebondir lorsqu’on a 50 ans et que l’on vient de perdre son job? «En travaillant son marketing personnel et en créant sa différence pour pouvoir coiffer sur le poteau d’autres candidats dans la même situation», conseille Jean-Pierre Ayer, président de la société de consultants High Potential Resources (HPR) et auteur de « Vae Retro Curriculum Vitae ? Et si on faisait autrement…. »

Simple sur le papier, mais un peu moins dans la réalité, diront les intéressés. Partant du principe qu’une carrière est rarement linéaire mais qu’elle est plutôt faite de changements de postes, d’entreprises, voire de métiers, il s’agit pour le senior de dégager les faits saillants de ses différentes expériences pour «s’inscrire dans une démarche quasi permanente de promotion de ses talents», ajoute-t-il.

«Flash Biographie»

Mais attention de ne pas se tromper de moyen de communication.

«Le CV n’est pas l’outil adapté aux seniors cadres en recherche de redéploiement. Ils doivent en effet dépasser la simple stratégie de recherche d’emploi et construire véritablement leur biographie et leur histoire autour de leurs points forts», martèle-t-il.

Jean-Pierre Ayer, qui a connu plusieurs carrières chez Colgate-Palmolive, Olivetti, Pioneer et la Cegos, propose dans son livre une méthode dite de la «Flash Biographie», un support de communication destiné à travailler efficacement son réseau. Pour Jean-Pierre Ayer, tout le monde, quels que soient sa formation et son parcours, a une histoire à raconter. À condition de suivre une méthode structurée autour de la mise en valeur de son expertise technique, de son expérience managériale et de sa dimension comportementale (traits de personnalité). «Le senior se construit ainsi un profil professionnel dynamique, qui ne met en avant que les pépites de son histoire professionnelle et qui lui permettra d’attirer l’attention d’éventuels employeurs», affirme-t-il.

Interview de JP Ayer en ligne, « Seniors, 10 atouts à valoriser »

Nous vous l’avions annoncé en avril dernier, Jean Pierre Ayer a été sollicité et interviewé par Academyk , suite à la parution de l’ouvrage Vae Retro Curriculum Vitae.

Academyk et ses experts accompagnent tous ceux et celles qui sont en redéploiement ou en pleine évolution professionnelle. Des micro-cours gratuits sont en ligne, sous forme de vidéos, pour vous aider à trouver un emploi, à en changer ou tout simplement développer votre carrière.

Dur dur de retrouver un emploi pour un senior dans la conjoncture actuelle.

Jean-Pierre Ayer, président de High Potential Resources, vous donne dans ce micro-cours les conseils appropriés si vous êtes dans cette situation.
Jean-Pierre Ayer insiste sur le fait que vous êtes le premier acteur de votre redéploiement. Si vous connaissez une rupture professionnelle, évitez de sombrer dans un certain nombre d’errements. Prenez plutôt conscience de vos talents (expertise, expérience, votre personnalité) et transformez-les en atouts.

En tant que senior en redéploiement de carrière, vous devez avoir une vision objective du marché qui s’offre à vous. En partant de vos talents, projetez-vous pour savoir dans quels domaines ils pourraient s’exprimer.
Choisissez votre stratégie PUSH, si vous avez une expertise pointue, ciblez les entreprises à même d’utiliser vos talents et allez à leur conquête.

Stratégie PULL, si vous êtes plus généraliste, une entreprise à coup sûr aurait besoin de vous, vous ne savez pas laquelle et elle ne vous connaît pas.
Communiquez votre profil à la plus large audience possible, sans une communication intensive peu de chance de salut et bien sûr vous pouvez mixer les deux stratégies Push/ Pull pour vous conduire rapidement au succès !

Il est également important de vous inscrire dans une démarche de promotion de vos talents, plutôt que de vous classer dans une recherche d’emploi classique.
Cette démarche innovante vous singularisera sur le marché par rapport à d’autres candidats. Toujours dans le souci d’être innovant, équipez-vous d’une biographie en complément du CV traditionnel.
Celle-ci doit tenir sur une page et comprend l’essentiel de votre parcours et réussites. C’est avec ce type de communication que vous vous démarquerez.

Soyez, par ailleurs, flexible sur votre statut de collaboration. Utiliser, par exemple, les nouvelles formes d’emploi vous ouvrira à coup sûr des voies. De nombreuses pistes s’offrent à vous pour travailler dans ce sens : auto-entrepreneur, travailleur non salarié, créateur d’entreprise, portage salarial

Enfin, Jean-Pierre Ayer vous conseille de vous former, aux techniques de communication inter-personnes. Mieux vous connaître, mieux connaître les autres, adopter la bonne attitude face à un marché du travail compliqué… vous conduira sans nul doute au succès.

Pour voir ce micro-cours, connectez-vous sur Academyk et inscrivez-vous.
Vous retrouverez le profil et mircro-cours de Jean Pierre Ayer, dans la rubrique les experts.

Photo_JPA

 

Interview Nathalie Walter – suite à la conférence « Jouer les réseaux » nov.2013

Vous avez co-animé une conférence « Jouer les réseaux » avec Jean Pierre Ayer, le 21 novembre dernier auprès de la MDE Rive de Seine et de Levallois Emploi. D’après les organisateurs ce fut un réel succès, plus de 190 participants.
Merci de vous prêter au jeu d’une interview pour venir compléter cette conférence et permettre ainsi aux internautes d’avoir un complément d’information.

Cette culture du réseau s’est énormément développée ces dernières années, comment l’expliquez-vous ?

Véritable phénomène depuis quelques années sur Internet, les réseaux sociaux ont su se développer pour toucher à travers le monde des millions d’internautes. Le développement d’Internet, puis du web2.0, les informations sont à la disposition de tous. Les outils (ordinateurs fixes, portables puis tablettes…) toujours plus performants, rapides et intuitifs ont largement contribué à cette culture du réseau.Les échanges en réseau ont  démarré avec des amis réels et/ou  virtuels, avec lesquels on partage des centres d’intérêts, des photos, des discussions….Mais au fil du temps, ce principe d’échange et de partage s’est étendu à la sphère professionnelle, associative… également.

Que peut-on attendre des réseaux aujourd’hui ?

On peut rechercher de l’information, donner de l’information, garder du lien, communiquer…

Réseaux et employabilité

Les réseaux sont utiles pour les particuliers dans le cadre d’une recherche d’emploi et pour les chasseurs de tête dans le cadre d’un recrutement.
Lorsqu’on est en recherche active d’emploi, on peut approcher des gens auxquels on n’aurait pas eu accès autrement (marché caché). Pour peu que le manager réponde, on peut l’approcher directement par le biais du réseau.
J’ai lu une histoire récemment racontant l’expérience d’un cadre ayant intégré une entreprise après avoir su utiliser les réseaux sociaux et approcher directement les managers. C’est avec plaisir que je vous la fais partager. Cette histoire illustre parfaitement l’intérêt des réseaux aujourd’hui. Découvrez cette histoire.

L’internaute peut avoir accès à des informations lui permettant d’apprécier les besoins éventuels d’une entreprise en terme de recrutement, avant même qu’une annonce officielle de recrutement ne soit publiée.
Vous l’aurez compris, développer son réseau permet de multiplier les opportunités d’emploi y compris par le biais des candidatures spontanées.
Ayez à l’esprit qu’une première prise de contact sur internet peut déboucher sur un partenariat, de la cooptation voire des missions de prestation.

Réseaux et information

Les réseaux permettent aussi à l’internaute d’acquérir de nouvelles connaissances sur son secteur, de se comparer pour s’améliorer, autrement dit faire du benchmarking !
Grâce aux réseaux, vous pouvez vous faire connaître comme expert en rejoignant également des groupes de partage, de discussion dédiés à votre expertise.
Si vous souhaitez récolter des avis pertinents, réaliser des enquêtes, communiquer sur certains projets… les réseaux trouvent leur utilité également.
Soyez  acteur, envoyez de l’information ciblée à vos contacts.

 

Quel est selon vous, l’outil le plus adapté pour cultiver son réseau entre Viadeo et Linkedin ?

Viadeo est franco-français,
Linkedin est tourné vers l’international,
Les cibles sont donc différentes.

Si par le passé, vous avez travaillez à l’international,
ou que vous souhaitez bouger à l’international,
je vous recommande de mettre votre CV en ligne et en anglais !

Sur Vidéo, vous retrouverez des personnes qui exercent en France (ex : les journalistes, professionnels de santé français)
Il est donc bon ton d’être sur ces 2 réseaux pour être ouvert aux opportunités nationales et internationales.

Scoop.it est aussi un outil en ligne pratique pour mettre en place et partager une veille d’informations réactive aux mots-clés de son choix, pour concevoir des revues de presse. Connecté à différentes sources d’informations comme Google (blogs, actualités) et Twitter, il permet de partager sur un journal personnel les meilleurs pages web sur des thématiques ciblées et évite ainsi la fragmentation de sa veille d’informations. Un outil de communication également utile en complément d’autres supports d’expression (blogs, sites web) pour faire valoir son expertise dans un domaine particulier.

 

Est-il simple et à la portée de chacun de créer un profil sur les réseaux sociaux ?

Parfaitement ! Il suffit de remplir les cases prévues à cet effet  en ligne et de copier / coller son CV, car en général les rubriques sont similaires.
Ce n’est plus réservé à l’élite, tout le monde peut y avoir accès et s’en servir avec quelques connaissances en informatique.
Je vous invite à personnaliser votre profil en racontant votre histoire professionnelle basée sur votre expertise, vos expériences, vos traits de personnalité et/ou valeurs rencontrées en entreprise.
Jean Pierre Ayer, Président de HIgh Potential Resources, préconise aux cadres de promouvoir leurs talents grâce à une flashbiographie, bien plus pertinente que le CV pour vous démarquer des autres et attirer l’attention de donneurs d’ordres.
Son livre Vae Retro Curriculum Vitae a d’ailleurs été écrit pour permettre aux cadres de rédiger leur biographie et de s’approprier des outils et conseils pertinents pour les aider à se redéployer.

 

Quels conseils donneriez-vous aux internautes pour cultiver au mieux leur réseau ?

Se donner du temps au début pour se familiariser avec les réseaux puis par la suite pour les entretenir.
Au début, il faut créer son profil, voir comment cela fonctionne.
N’hésitez pas à souscrire à un mois d’abonnement payant pour comprendre les options proposées et si vous y trouvez une utilité majeure.
Pour ma part, je consacre 1 à 3 visites par semaine. 

Soyez visible

Mettez une photo récente de vous.
Jean Pierre Ayer préconise d’ailleurs aux cadres de sortir du cliché de la photo d’identité et d’opter pour une photo en situation professionnelle pour illustrer leur flashbiographie.

Laissez tomber les préjugés

Demander des renseignements, ce n’est pas mendier. Au contraire car vous pouvez aussi donner des informations utiles en échange. Les relations les plus hasardeuses ou les moins probables sont toutes des pistes à explorer.
Pour vous ouvrir le marché caché, votre meilleur allié c’est votre réseau. Si vous êtes en recherche active, faites-le savoir lors d’un contact direct ou par l’envoi de mails personnalisés et  les réseaux sociaux. Entretenez vos relations à la fois personnelles et professionnelles. Rien ne vaut le contact direct. Prévoyez des déjeuners avec vos ex-collègues. Déplacez-vous sur les conférences et salons pour croiser vos relations et sortir aussi de votre cercle habituel. Contactez le réseau d’anciens de votre école ou les associations professionnelles vous correspondant.

Misez sur la candidature spontanée

Souvent qualifiée à tort de bouteille à la mer, la candidature spontanée est un classique pour aborder le marché caché. Pour gagner en efficacité, concentrez-vous sur un secteur spécifique ou un domaine d’activité particulier : celui qui, évidemment, vous correspond. Par contre, ne vous cantonnez pas aux entreprises connues. Visez celles qui reçoivent peu de candidatures spontanées comme les PME et les entreprises de taille moyenne, qui proposent elles aussi des opportunités aux cadres. Personnalisez votre candidature par rapport aux besoins de l’entreprise et identifiez les bons interlocuteurs (le DRH, mais aussi le manager ou le dirigeant à même de vous recruter). La relance par téléphone, quelques jours plus tard, est indispensable.

Suivez l’actualité des entreprises

Connaître l’environnement business de l’entreprise, c’est avoir une longueur d’avance. Soyez à l’affût. Un projet va se développer, un nouveau site se lancer, une nouvelle ligne de produit se prépare…  Démontrez votre intérêt pour le job, soyez prêts à dégainer votre CV ou biographie. La plupart des entreprises vous permettent aussi de vous enregistrer directement dans leur banque de données. Faites-le. Car il s’agit du vivier de talents des recruteurs, qui ne manqueront pas de vous contacter directement en cas de besoin.

Diffusez votre CV sur le web

C’est capital pour vous rendre visible sur le marché caché. Votre parcours, vos expériences et vos compétences doivent être visibles sur Internet. En effet, le web est l’une des sources de chasse des recruteurs. Votre CV doit donc être accessible sur les jobboards : un certain nombre  s’y inscrit pour consulter le vivier de candidats disponible dans les CVthèques (appelée la Candidathèque sur Cadremploi). En outre, si vous êtes repéré ou recommandé, il y a de fortes probabilités pour que l’employeur tape votre nom sur un moteur de recherche.

Valorisez vos compétences online

Vous êtes spécialiste dans un secteur d’activité particulier ? Créez un blog ou un espace dédié pour mettre en avant vos compétences. Vous pouvez aussi suivre les pages Facebook et Twitter des entreprises qui vous intéressent : pourquoi ne pas y partager vos analyses et informations ?

Respectez les chartes

Lorsqu’on rejoint un groupe de discussion, d’experts…. Vous devrez bien souvent accepter les règles propres à ces groupes.
Ce sont avant tout des règles de civilité et de bon sens.

Vous semblez être une pro des réseaux, avez-vous suivi un cursus ou une formation en particulier ?

J’ai appris sur le tas, échange de bons procédés entre collègues, connaissances ou amis dans une relation gagnant / gagnant. Un  collègue « Grand Adepte » de l’I-pad, a bien voulu m’initier à son utilisation et son intérêt, ou un autre encore sur comment faire sa propre revue de presse sur scoop-it.
Par le biais de l’association de l’industrie pharmaceutique, j’ai suivi en 2012, une journée de formation « les réseaux sociaux et le collaboratif ». J’y ai découvert quelques subtilités sur linkedin .
Comment mettre à jour son profil sans que tout le monde en soit alerté, par exemple….

Quelles sont selon vous, les qualités requises pour entretenir son réseau ?

Etre persévérant

Se bloquer un créneau dans son planning

Préserver votre image

La notoriété professionnelle, l’image que les autres se font de vous et dont ils sont les vecteurs, tend à devenir une nouvelle dimension de la communication de soi et un phénomène de société. Le risque d’image, déjà sensible pour les entreprises et les organisations d’une façon générale, s’étend aux particuliers sous l’impact du web. C’est la fameuse e-réputation. La menace est devenue présente au point que des assureurs proposent désormais à leurs clients de les protéger contre ce risque, comme l’illustre l’offre de protection  de la réputation des particuliers sur Internet proposée par Swiss Life en partenariat avec Reputation Squad.

Ne pas hésiter à être curieux

J’ai plaisir à découvrir ce que sont devenus mes anciens collègues.
Je n’hésite pas à aller sur leur profil et voir par moi-même où ils en sont.
La curiosité peut être source de richesse, si elle est bien ciblée et bien utilisée.
Parmi vos anciens collègues, fournisseurs, prestataires… se cachent un potentiel partenaire!

Les personnes désireuses de rentrer en contact avec vous, peuvent vous contacter par quel moyen ?

Comme vous vous en doutez, je suis sur visible et active sur Viadéo, Linkedin, Twitter @Walternwr, scoop.it et j’ai rejoint différents groupes de discussion dédiées au milieu pharma.
Vous pourrez aisément prendre contact avec moi, et puis vous noterez que la photo de mon profil est la même partout. Impossible de ne pas me reconnaître !

 

Extraits de la conférence « Jouer les réseaux »  – Vidéos youtube
http://www.youtube.com/watch?v=AoYkKvBF-AQ&feature=youtu.be
http://www.youtube.com/watch?v=yZwS5y6rm9c&feature=youtu.be

J’ai découvert La Cantine

C’est grâce à Marie Vorgan Le Barzic, déléguée générale de Silicon Sentier, que j’ai découvert La Cantine.

Non, ce n’est pas le restaurant d’entreprise de HPR, mais un lieu de travail et d’échange très intéressant, très branché high tech et Web 2.0.

La Cantine constitue le premier espace de travail collaboratif en réseau – co working space – à Paris et Ile-de-France, relié à d’autres structures en région, ou à l’étranger : San Francisco, Barcelone, Sao Paulo, etc.

La Cantine a été imaginée comme un lieu destiné « à créer l’environnement propice au fourmillement d’idées dans une atmosphère de liberté et de créativité ; et mettre en place des méthodes collaboratives nouvelles et pluriculturelles pour favoriser le développement de projets de logiciels et d’applications informatiques, de recherche, de formation, de contenus éducatifs, mais aussi de blogs, de vidéos, photos, audio et toute création numérique en ligne ».

Bref, en termes plus simple : un lieu où tous les acteurs du high tech et Web 2.0 peuvent se rencontrer et échanger.
Parmi eux, beaucoup d’indépendants – ce sont vraiment des métiers où les gens de talents aiment se retrouver de façon plus ou moins formelle pour construire des projets.
Et c’est pour eux que je souhaite développer au sein de HPR une offre de portage à la fois souple et efficace, bien adaptée à ces nouveaux métiers et ces nouvelles compétences.

La Cantine, c’est 151 rue Montmartre, Passage des Panoramas, dans le 2ièmearrondissement ; et sur Internet : La Cantine.

Et Silicon Sentier