Articles

1er juillet 2017 : Mise en place de la convention collective du portage salarial

La convention collective de branche des salariés en portage salarial du 22 mars 2017 est étendue par un arrêté paru au Journal officiel du 30 avril, sans aucune exclusion, mais avec quelques réserves. Elle s’appliquera en conséquence à compter du 1er juillet 2017.
Visant à « parachever la sécurisation » du portage salarial, la convention collective de branche des salariés en portage salarial, conclue le 22 mars 2017, est d’ores et déjà étendue par un arrêté du ministre du Travail du 28 avril 2017. Selon la volonté de ses signataires, la nouvelle convention prendra effet le premier jour du premier mois du trimestre civil qui suit la parution de son arrêté d’extension, c’est-à-dire à compter du 1er juillet prochain.

Une étape décisive

Négociée en accord avec le ministère du Travail, la convention collective nationale sécurise les conditions générales de travail et d’emplo i et les parcours professionnels des salariés portés (v. l’actualité n° 17295 du 28 mars 2017). Elle est destinée à s’appliquer à des salariés disposant d’une qualification professionnelle de niveau III au moins, ou d’une expérience significative d’au moins trois ans dans le secteur d’activité, cadres ou non-cadres. Rappelons que les partenaires sociaux ont signé, concomitamment à cette convention, un accord de méthode listant des thèmes, qui restent à négocier, pour que le cadre légal du portage salarial soit sécurisé et que les pratiques des entreprises soient harmonisées.

Une extension sans exclusion

Étendue le 30 avril 2017, après passage en commission nationale de la négociation collective, le 25 avril, la CCN est étendue avec 12 réserves, rappelant des dispositions du Code du travail à respecter lors de la mise en œuvre de telle ou telle disposition conventionnelle, mais sans exclusion.

La première réserve rappelle le champ d’application du cadre spécifique, défini par l’ordonnance nº 2015-380 du 2 avril 2015, ratifiée par la loi Travail du 8 août 2016. Le premier alinéa de l’article 1er de la CCN est étendu par l’arrêté après rappel que dans l’hypothèse où l’entreprise de portage salarial établie à l’étranger intervient dans le cadre du détachement, tout en se conformant à son obligation de déclaration préalable et de garantie financière, elle ne se voit appliquer que les dispositions conventionnelles faisant partie du « noyau dur », dont les matières sont listées à l’article L. 1262-4 du Code du travail.

Autre réserve à souligner : l’article 21-3 de la convention collective nationale, relatif à la rémunération minimale, doit être appliqué de façon à que la décomposition de cette rémunération s’entende comme une garantie mensuelle de 70 % du plafond de sécurité sociale (PSS) pour un salarié porté junior, de 75 % du PSS pour un salarié porté senior et de 85 % du PSS pour un salarié porté en forfait jours et d’une réserve financière qui n’est perçue par le salarié porté qu’en fin de mission.

(source : http://www.wk-ce.fr/actualites/detail/99441/la-ccn-du-portage-salarial-est-etendue-avec-12-reserves.html)

Une convention collective pour le portage salarial !

Jean Pierre AYER, Chantre du Portage Salarial depuis plus de 20 ans (Intervenance, ITG…) et président d’High Potential Resources célèbre cette avancée majeure qui va enfin permettre de promouvoir cette nouvelle voie associant la dynamique entrepreneuriale avec la sécurisation du parcours professionnel que nous avons défendue avec abnégation et obstination au travers de notre représentation syndicale (PEPS).
Il est réconfortant que le réalisme et le pragmatisme puissent enfin se faire entendre et favorise le retour à l’activité des seniors dans notre pays.

La convention collective du portage salarial prendra effet le premier jour du premier mois du trimestre civil qui suit la parution au JO de son arrêté.

Cet accord historique a été mené en 4 mois avec l’ensemble des partenaires sociaux.

Parmi les points les plus saillants de l’accord de branche :

  • Toute personne en capacité d’autonomie, experte et qualifiée, rémunérée 2 000 euros net peut désormais prétendre au portage salarial

Deux mécanismes de sécurisation des parcours :

  • Collectif : la mise en place d’un fond de mutualisation
  • Individuel : la création d’une réserve personnelle utilisable par le salarié-porté, en cas de période d’inactivité (10% de la rémunération du salarié-porté).

En décembre dernier, le portage salarial a été reconnu comme une branche professionnelle par le Ministère du Travail. Aujourd’hui, le PEPS et les syndicats des salariés signent à l’unanimité un accord de branche historique. Cet accord permet au portage salarial d’étendre son public-cible et d’apporter deux mécanismes de sécurisation des parcours des salariés-portés.

Une négociation singulière pour un dispositif innovant

C’est dans un contexte de réduction du nombre de branches professionnelles que la Ministre du Travail a accédé à la demande des partenaires sociaux pour créer une nouvelle branche relative au portage salarial.

Cette signature est donc le fruit de la négociation entre les partenaires sociaux (CFE-CGC, CFDT, CFTC, Force ouvrière et CGT) et le PEPS, seule organisation patronale représentative et seule négociatrice de l’accord avec les syndicats de salariés.

Cet accord validé à l’unanimité en seulement quatre mois est historique. Il montre le haut niveau d’engagement des différentes parties-prenantes, qui une fois la confiance installée, peuvent bâtir des solutions innovantes, durables et qui répondent à un besoin croissant de Français ; c’est-à-dire un dispositif alliant à la fois autonomie dans leurs activités et filet de sécurité grâce à la protection sociale qui leur est due.

« Les partenaires sociaux du patronat et les syndicats de salariés ont démontré de façon commune leur attachement à l’innovation sociale que représente le portage salarial, avec le soucis permanent d’apporter un cadre juridique utile et efficace à la fois aux salariés portés et aux sociétés de portage », se réjouit Patrick LEVY-WAITZ, Vice-Président du PEPS et Responsable de la délégation patronale.

L’accord de branche « Portage salarial » est ainsi l’aboutissement du travail entrepris par le PEPS afin de reconnaître ce dernier comme un statut singulier de plus en plus plébiscité et approprié aux nouveaux besoins des indépendants.

Elle permet surtout d’apporter les éléments de sécurité nécessaires pour les salariés-portés et les sociétés de portage.

L’accord de branche pour sécuriser les parcours des salariés-portés

L’accord de branche met en place deux mécanismes de sécurisation de parcours.

Le premier est collectif puisqu’il met en place un fond de mutualisation. Sur 1,6% de la masse salariale consacrés à l’effort de formation des salariés-portés, l’accord en prévoit 0,3% consacré à un fonds de mutualisation visant à sécuriser les parcours des portés. Son objectif sera défini dans le cadre de l’accord de méthode qui sera écrit dans les mois à venir.

Le deuxième mécanisme est plus individuel puisqu’il concerne avant tout le salarié-porté. C’est la mise en place d’une réserve utilisable en cas de période d’inactivité, correspondant à un montant 10% de sa rémunération brut.

Forte de ces deux mécanismes de sécurisation de parcours professionnels, le portage salarial étend la cible de son public en réduisant la rémunération minimale. Aujourd’hui, toute personne qui gagne 2 000 euros net peut prétendre au portage salarial. En effet, avec l’ordonnance de 2015, la rémunération plafonnée était élevée, ne permettant pas à un ensemble de personnes notamment en région, qui remplissait pourtant tous les critères, d’accéder au portage salarial.

« Sur le fond, l’accord est à la fois ambitieux et équilibré. Le portage salarial s’imposera donc à l’avenir comme un des statuts principaux qui permet aux indépendants de développer leur activité avec un niveau de sécurité optimum. Par cet accord, la France qui fut longtemps en retard dans ces nouvelles formes d’emploi, ouvre une nouvelle voie à l’emploi », déclare Patrick LEVY-WAITZ.

Le PEPS tient enfin à remercier la Ministre du travail et les services de la DGT (Direction Générale du Travail) pour l’aide qu’ils ont apporté tout au long de la négociation.

Le Portage Salarial conjugue avec bonheur besoins et désirs !

Le Portage Salarial répond, plus que toujours pour les plus de 50 ans, au besoin de retrouver de l’activité. Souvent en rupture de poste sur le tard, ceux-ci sont en effet encore confrontés à la frilosité des employeurs pour leur signer un contrat de travail. Les besoins de ces seniors sont avant tout d’ordre économique, mais oublier les dimensions psychologiques et humaines serait réducteur.

Il est en effet certainement plus important pour eux de redevenir acteurs de leur devenir professionnel et d’être toujours considérés comme des contributeurs talentueux.

Fluidité pour l‘entreprise, autonomie et sécurité pour l’intervenant.

Le Portage Salarial permet de lever les freins à l’embauche en apportant la flexibilité attendue par les entreprises. On signera un contrat de prestations relevant du droit commercial et non du droit du travail, considéré en France maintenant comme trop contraignant voire bloquant !

Le Portage Salarial répond au besoin bien légitime du candidat de pouvoir bénéficier de la continuité du statut de salarié qui l’a accompagné dans les ¾ de sa carrière. Passé 50 ans, il a tout à gagner à rester dans le même régime (retraite, protection sociale, santé…) et à sécuriser son parcours professionnel en bénéficiant des prestations des EPS (1) les plus avancées, notamment celles adhérentes au PEPS (2) .

Pour l’entreprise le besoin est de s’adjoindre une ressource précieuse et utile à l’avancement de projets ayant des compétences qu’elle ne détient pas en interne, mais pour laquelle elle n’a pas de visibilité de poursuite une fois le projet abouti. Le recours à une mission ponctuelle confiée à un intervenant externe expérimenté prend alors tout son sens.

S’adresser à une EPS (1) solide pour porter cette ressource facilitera grandement la gestion de la mission pour le directeur de projet et ses collègues des services associés (Facturation des prestations dans le cadre d’un budget maîtrisé, harmonisation des process administratifs et comptables et pour ce qui concerne HPR (4) apporter si besoin son savoir-faire dans le management d’experts de haut niveau à forte personnalité).

Au niveau de l’entreprise « donneuse d’ordre », le désir de s’appuyer sur le Portage Salarial ® repose, au-delà des facilités de gestion, sur son désir de maintenir son image en s’appuyant sur l’EPS pour conserver son rôle social dans le droit fil des valeurs qui l’animent et établir une relation loyale et commercialement honnête avec l’intervenant.

 

La dimension humaine, fer de lance du statut de porté ?

Cette attitude adoptée par les EPS les plus avancées est aux antipodes des structures opportunistes et velléitaires qui s’appuient aujourd’hui sur la publicité vantant les mérites de l’entrepreneuriat pour «recruter » en tentant de s’exonérer des contraintes réglementaires et de protection sociale.

Ce qui caractérise, osons le dire, chez celles-ci l’absence totale de prise en compte des aspects humains.

Il suffit de parcourir les offres d’emploi dans la presse pour voir fleurir le nombre d’annonces proposant des « postes » sous un « statut d’indépendant » (délicats euphémismes…) en poussant le bouchon encore plus loin en exigeant de disposer « d’une voiture personnelle » … et pour couronner le tout, cela va mieux en le disant, en payant avec une fronde… !

On note un engouement de plus en plus important pour le Portage Salarial © , chez celles et ceux qui ont le désir de donner un autre sens à leur devenir professionnel. Désirs d’autonomie, désirs d’accomplissement de soi, désirs d’entreprendre en devenant leur propre patron… et ce à différentes étapes de leur carrière.

Vouloir établir une relation nouvelle à l’emploi, où la notion de liberté prédomine, s’exprime de plus en plus. Et quand on peut satisfaire ses désirs sans bouleverser sa protection sociale en changeant de statut dès le début de l’aventure, cela facilite grandement le passage à l’acte pour « saisir ses chances » (3) comme disent nos cousins québécois qui ont le positivisme chevillé au corps.

Il m’est plaisant de constater que quelques EPS choisissent elles aussi de s’inscrire dans la voie tracée par HPR 4 qui est de travailler dans l’excellence, dans une démarche de qualité totale, en privilégiant avant tout la dimension humaine dans la relation, bien devant les considérations économiques.

Les cadres et les dirigeants n’échappent pas au dilemme !

Les cadres et les dirigeants sont bien sûrs concernés. Nous en sommes témoins chez High Potential Resources (4) puisque nous avons mis en place depuis longtemps les services attendus par ce segment aux attentes bien spécifiques. Les missions portées sont très souvent confidentielles, parfois discrètes, se déroulent sur plusieurs années, voire même sur des théâtres sensibles à l’international.

Ce sont autant de contextes et de situations où notre expérience capitalisée depuis plus de 20 années nous confère une dimension de conseil de tout premier plan.

Alors, le Portage Salarial © est-il la troisième voie entre « le salariat subordonné » ou « la totale indépendance » ?

  • Celle qui, dans l’immédiat, permettrait de concilier avec bonheur les besoins et désirs de tous les acteurs pour sortir de situations bloquées.
  • Celle qui contribuerait à faire baisser un nombre de chômeurs seniors qui ne décroît pas.
  • Celle qui permettrait d’utiliser des ressources de talents inemployées alors que notre économie en a grand besoin …

Au final, ce dispositif innovant pourrait-il contribuer à mettre en place une nouvelle donne qui faciliterait la rencontre des talents et des besoins ?

Pourrait-il ainsi aider à produire les richesses attendues du modèle économique dans lequel nous sommes…?

Et, finalement, réconcilier les citoyens avec la notion de bonheur qui leur fait défaut aujourd’hui.

 

1. EPS : Entreprise de Portage Salarial
2. PEPS : Syndicat des Professionnels En Portage Salarial
3. Nos cousins québécois n’utilisent pas l’expression « Prendre des risques » mais « Saisir ses chances… »
4. High Potential Resources (HPR) Entreprise de portage salarial de troisième génération, plateforme de talents de hauts niveaux ou tout un chacun est acteur du développement de l’entreprise

Création de la Branche professionnelle du Portage Salarial

Jean Pierre AYER pionnier de cette forme d’emploi se félicite de cette avancée qui contribuera à libérer l’énergie bien utile par les temps qui courent en levant les dernières hésitations dans l’utilisation de ce dispositif.

Spécialiste du Portage Salarial pour les cadres et les ressources de talents, High Potential Resources facilite la conclusion de missions dans le management de projets, les ressources humaines, la communication et  bien d’autres domaines… Les différents acteurs bénéficient d’une expérience de plus de 20 ans même pour des missions atypiques se déroulant sur des théâtres sensibles, une garantie dont tous profitent.

Communiqué du PEPS 

Jeudi 1er décembre, la Ministre du Travail, Madame Myriam El Khomri, a reçu le syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial, le PEPS.

La création d’une Commission Mixte Paritaire (CMP) « PORTAGE SALARIAL » ouvrant la négociation d’une prochaine convention collective a été officiellement annoncée, créant de facto la branche d’activité professionnelle du portage salarial.

« L’Union fait la Force ! »

Le PEPS, seul syndicat patronal du portage salarial représentatif se félicite de l’ouverture de cette CMP.

C’est incontestablement le fruit d’un dialogue social constructif et innovant entre les organisations de salariés, le Ministère du Travail, l’Observatoire paritaire du portage salarial (l’OPPS) et le PEPS.

La création de la branche d’activité professionnelle du portage salarial est l’aboutissement d’un processus qui a vu naître l’ordonnance gouvernementale d’avril 2015 et sa ratification dans la loi travail en août 2016, promettant à cette nouvelle forme d’emploi un développement important répondant aux besoins d’une nouvelle organisation du travail en France.

Dans un contexte où le gouvernement veut réduire le nombre de branches d’activités professionnelles, ce résultat montre d’autant plus l’importance que le gouvernement accorde au portage salarial, secteur d’avenir pour l’emploi permettant d’apporter une protection sociale maximale à des professionnels indépendants et autonomes.

« Démonstration est faite que le dialogue social est possible, l’union fait la force ! Cette CMP est une excellente nouvelle pour les salariés portés comme pour les autres professionnels indépendant, cela renforce l’encadrement du secteur et valorise les pratiques du portage salarial », précise Hubert CAMUS, Président du PEPS.

Une réponse aux mutations de l’économie

Le portage salarial est l’une des solutions qui s’adopte aux nouveaux besoins de l’économie, dans un contexte où le chômage est persistant, garantissant à l’indépendant qui choisit le portage salarial une meilleure protection sociale, un accompagnement durable et des formations adaptés.

Pour cela et grâce à cette reconnaissance, le PEPS s’engage à défendre les intérêts de chaque « salarié-porté » ainsi qu’à mettre à disposition ce statut innovant au plus grand nombre d’indépendants qui le souhaitent.

Le PEPS partage, enfin, les propos de Patrick LEVY-WAITZ, Président de l’ OPPS qui appelle de ses vœux à une négociation d’une convention collective « audacieuse qui doit prendre pleinement en compte les besoins des indépendants et plus généralement les mutations profondes du marché du travail. »

Quels honoraires facturer pour maintenir votre pouvoir d’achat ?

Vous avez passé une bonne partie de votre carrière professionnelle en travaillant pour une entreprise dans le secteur privé ou public.
Vous étiez rémunéré à partir d’un salaire brut annuel négocié ou en fonction d’une grille de salaire établie au sein de l’entreprise. A ce salaire brut, pouvaient être associées des primes, éléments variables de salaire à prendre en compte également.

Vous souhaitez avoir davantage d’autonomie dans le choix de vos missions, de liberté dans la gestion de votre temps de travail au gré de vos envies, sans contraintes.
Vous envisagez de travailler en indépendant et de facturer dorénavant des honoraires à vos futurs clients.

Il convient donc de passer d’une mentalité « d’employé » à celle de prestataire, et de définir votre tarif.

 

Comment calculer son prix de journée…

Une formule de calcul simple et rapide peut vous aider à convertir votre précédent salaire brut annuel en équivalent honoraires journaliers à facturer :

Rémunération brute annuelle : 66 000 €
Charges patronales (52 %) :  34 320 €
Salaire coût chargé  : 100 320 €
Frais de gestion (10%) : 11 147 €
Honoraires à facturer : 111 467 €


Sur une base temps complet :                                                      Sur une base intervention mission :

111 467 / 218 =  511  €/jour                                                         111 467 / 120 = 929 €/jour

 

En moyenne un consultant facture 120 jours d’intervention par an.
Le reste de son temps étant consacré à sa prospection commerciale, négociation de mission, veille, formation….

En tant que prestataire de services, vous devriez pouvoir reconstituer votre ancienne rémunération avec  ces 120 jours de prestation (vs 218 jours de de travail annuel). Chaque journée qui sera facturée au-delà de ces 120 jours, représentera un gain pour vous (vs votre précédent revenu annuel).

 

Le prix demandé est le reflet de l’expertise maîtrisée…

Et des talents que l’intéressé va mettre à disposition du donneur d’ordre, c’est donc un élément majeur qui ne doit pas être négligé. Il convient de raisonner en retour sur investissement, en terme de profits que la prestation va générer, faisabilité d‘un projet, respects des délais de livraison, garanties d’une réalisation selon les règles de l’art, profits financiers…

Si l’entreprise de Portage Salarial a su s’organiser en « cabinet conseil » et se faire reconnaître comme telle par les marchés, le consultant bénéficie d’un positionnement « cabinet » vis-à-vis des acheteurs de prestations intellectuelles.

La grille tarifaire de référence est 30% supérieure à la grille d’achat de prestations « solo », ce qui couvre largement  le montant des frais de gestion qui rémunèrent la société de portage salarial.

De plus, l’entreprise de portage salarial est reconnue par le client comme une organisation structurée, qui a un poids juridique sans commune mesure avec celui d’un intervenant isolé. Les conditions financières et les délais de règlement sont bien mieux respectés, le consultant est bien mieux sécurisé que s’il intervenait en solo.

 

Il convient de gérer au mieux vos salaires…

Vous l’aurez compris, lorsque vous serez sur le terrain (en mission), vous demanderez à HPR de facturer vos honoraires au prorata des jours prestés.
Lorsque vous ne serez plus en intervention (prospection, congés, formation…), il n’y aura plus de factures adressées vers votre client, donc plus d’honoraires à encaisser pour votre compte.

En optant pour un statut de prestataire de services vis-à-vis de vos clients, il vous faudra gérer au mieux vos demandes de salaire vis-à-vis de HPR, afin de pallier aux périodes où il n’y aura plus de facturation.
Certains mois vous pourrez avoir une forte rémunération et d’autres, moins voire pas du tout s’il n’y a plus de missions.
Vous devez donc optimiser vos flux d’argent pour vous permettre de lisser votre rémunération tout au long de l’année, si besoin.

Après plus de 15 ans à accompagner des consultants dans la négociation et réalisation de mission,
HPR a mis en place une ingénierie salariale de pointe pour vous permettre d’optimiser vos revenus.

Pour en savoir plus, 

Les seniors : Un potentiel inexploité

L’avenir appartient aussi aux seniors

avenirBon nombre de pays européens l’ont déjà intégré. Malgré cela, la France s’inscrit encore « mauvaise dernière » quant au taux d’employabilité des seniors
Une simple analyse met pourtant en exergue le déficit annoncé du remplacement des départs en retraite par l’arrivée des jeunes sur le marché du travail.

Plus grave, cette approche chiffrée ne prend pas en compte le potentiel d’expérience détenu par les « seniors ». Ceci s’avère particulièrement vrai pour les tenants des postes à responsabilité qui ont une importante capacité à générer une forte valeur ajoutée au travers de leurs expertises maîtrisées. Le constat est pour moi flagrant : le nombre de retraités rappelés pour leurs connaissances techniques ne cesse de croître, un exemple entre de nombreux autres, les foreurs pétroliers. Cela fait plus de 20 ans que l’on ne forme plus de foreurs, le renchérissement de l’énergie conduit à exploiter de nouveaux gisements et nos anciens ont des « savoir-faire » inégalés.

« On sait même forer à l’horizontale », me confiait avec un sourire malicieux le candidat rejoignant notre cabinet conseil, et devant mon étonnement quand à l’intérêt de faire cela me précisait… « ça permet parfois d’aller fouiller dans le sous sol du voisin…(sic) ». Plus sérieusement le forage horizontal permet l’extraction de naphta trop compact pour être exploité par les procédés classiques.

Une voie royale pour les techniciens…

Que dire aussi de cet ingénieur électricien retraité, spécialiste des câbles à très haute tension dont l’âme métallique baigne dans une huile dissipant la chaleur émise par le courant. Cette technologie a été abandonnée il y a bien longtemps. Mais plusieurs centaines de kilomètres de ce type de gaine sont présents dans les sous-sols de Paris. Cela vieillit et peut s’enflammer, la gare Montparnasse a faillit en faire les frais il y a quelques années…, conduisant EDF à faire faire dans l’urgence un audit de ses réseaux

Notre ingénieur sollicité à fait économiser à EDF plus d’un million d’euros sur le montant de la révision en apportant son expérience, il connaissait les points sensibles et conséquence très utile la sécurisation du réseau a pu être conduite dans un temps record.

Ce type d’action doit pouvoir se concrétiser rapidement, simplement, en toute sécurité et c’est entre autres dans ce genre de situations que nous apportons au travers du portage salarial une solution répondant aux attentes des acteurs.
Aide à l’élaboration du cahier des charges, définition des livrables attendus, exécution des prestations dans le respect d’une méthodologie assurance qualité, évaluation des résultats….

Nous parlons bien sûr du « Portage salarial éthique » tel qu’il est pratiqué au sein du PEPS. Nous sommes aux antipodes de la simple transformation d’honoraires en salaires pratiquée par de plus en plus de structures velléitaires se prévalant de cette appellation, sans apporter aucune garantie sérieuse.

L’expertise des seniors représente une opportunité pour les entreprises privées et publiques, elle peut être maîtresse comme dans les exemples cités ci-dessus, mais plus souvent, le consultant expert viendra apporter ses talents au sein d’une équipe projet. Quoi de plus simple pour le directeur de projet que de s’adjoindre ponctuellement une ressource précieuse pour la réussite de sa mission.  La prestation facturée sous forme d’honoraires s’inscrira dans son enveloppe budgétaire et il déléguera la gestion salariale et sociale de l’intervenant au cabinet conseil pratiquant un portage salarial sérieux.

Les trois cycles de vie professionnelle…

La possibilité d’intervenir comme consultant au travers de missions constitue, à mon sens, la voie royale pour gérer l’employabilité des seniors. Le portage salarial est un support simple et rapide pour le faire en tout sérénité et pourquoi pas de manière pérenne. S’inscrire dans une logique de missions sur la fin de carrière permettrait a ces contributeurs hors pair de faire bénéficier plusieurs entités de leur savoir faire.
Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article Les 3 cycles de vie professionnelle.

La carrière est un long fleuve tranquille

Qui de nos jours pourrait affirmer cela, certainement pas les cadres quelles que soient leurs positions. Le parcours est jalonné d’embuches, de discontinuités, de ruptures… facteurs de stress…


De mon point de vue, on peut modéliser la carrière d’un cadre au travers de trois cycles,
la montée en puissance 25-35 ans, la maturité 35-50 et l’expertise 50-65….

 

Pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur le challenge est de trouver leur premier poste, alors que pour y accéder on leur demande de l’expérience. C’est le chien qui se mord la queue. Alors qu’elles sont les alternatives à une embauche en CDD/CDI qui permettraient de mettre de manière sérieuse le pied à l’étrier ?

Le deuxième cycle
peut se vivre de manière plus pérenne, on est en pleine possession de ses moyens, on occupe un poste et s’il est évolutif, c’est évidemment porteur d’espoir. On peut également être courtisé pour rejoindre d’autres sociétés et continuer une carrière ascendante.

Cependant, ma vision est que ce cycle peut se montrer dangereux si l’on s’installe dans une douce béatitude, on rencontre des succès, on est apprécié de la structure, de la hiérarchie, de ses collègues, de son équipe. Bien sur, vous montrez un engagement et une loyauté sans faille vis à vis de l’entreprise pensant que celle-ci continuera à apprécier vos talents et répondra positivement à vos aspirations, promotions, rémunération évolutive…

 

Force est de constater que si des modifications de l’activité, de l’environnement se présentent, cet équibre risque de voler en éclat. A mon sens, bon nombre de cadres s’en remettent trop au bon vouloir de l’entreprise, sans intégrer que certains de leurs collatéraux visent leur poste, sans intégrer que leurs succès peuvent gêner leur hiérarchiques, voire leur faire de l’ombre, sans s’interroger sur leur véritable contribution, sans mettre en œuvre une stratégie personnelle de carrière, un réel marketing de soi, un « personal branding » pour être dans l’air du temps.

 

Cette myopie se paie dans le troisième cycle de vie professionnelle, celui de tous les dangers, restructurations, fusions acquisitions, baisses d’activité qui conduisent à remettre à plat le rôle de chacun dans la structure et à pousser plus ou moins gentiment certains cadres seniors vers la porte de sortie.

Pour moi, le troisième cycle de vie professionnelle est celui de la maîtrise d’une expertise, l’expérience de ses 20 dernières années chez HPR dans la promotion du portage salarial me conforte dans l’idée que la relation à l’activité doit s’établir autrement que sous un lien de subordination employeur/employé. C’est en grande partie avec une forte autonomie que se sont déroulées les premières étapes de carrière d’un cadre et à mon sens celle-ci doit donc se renforcer et s’exprimer sous forme de prestations. Il convient de mettre ses talents au service de plusieurs structures, de « clients » au travers d’un contrat commercial, répondant ainsi à leur besoin de flexibilité et à leurs réticences à signer un contrat de travail à un senior. Le Portage Salarial apporte au cadre senior la continuité d’évoluer sous un statut salarié avec la sécurité et les avantages qui s’y rapportent sans rentrer dans la lourdeur et les contraintes que subi l’entrepreneur individuel, en étant de plus accompagné.

 

Au sein d’HPR, au delà du succès rencontré auprès des seniors, on commence également à voir émerger chez les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, l’idée d’acquérir l’expérience qui leur fait défaut en s’orientant vers la réalisation de missions en portage salarial en poussant leurs candidatures vers des chefs et directeurs de projets qui sont friands de jeunes talents compatibles avec leurs budgets de fonctionnement, une tendance qui s’affirme de jours en jours.

Les formes alternatives d’emploi en question

Participation de Jean-Pierre Ayer au chat video APEC

En juin dernier, Jean-Pierre Ayer, président d’HPR, a participé au chat vidéo de l’APEC sur le sujet des nouvelles formes d’emploi.

Durant de ce chat, il a été donné à Jean-Pierre Ayer l’opportunité de présenter la société High Potential Resources ainsi que le dispositif du portage salarial.

De nos jours, de plus en plus de salariés veulent se mettre à leur propre compte, créer leur société ou tout simplement changer de voie professionnelle.

Il existe de nombreuses alternatives au salariat classique : management de transition, auto-entreprenariat, SCOP et bien-sûr portage salarial.

Pendant environ une heure, Jean-Pierre Ayer et Cécile Garofoli, consultante APEC nous éclairent sur les formes alternatives d’emploi accessibles aujourd’hui.

Vous voulez changer de job ? Vous mettre à votre propre compte ? Ouvrir votre entreprise sans perdre vos avantages sociaux, mais ne savez pas comment ?

 

La « Flash Biographie » : support de promotion de ses talents

Trop de routine dans les agences d’emploi (pôle emploi, cabinet d’outplacement….) ? Peut-être que le concept trop novateur de « Flash Biographie » bouscule trop les habitudes ou la routine des conseillers de ces organismes, ils préfèrent certainement rester dans des pratiques qu’ils maîtrisent bien.

Cependant, même si celles-ci se révèlent inefficaces, on fait rédiger des CV depuis des décennies…

Le CV est incontournable dans un processus de recrutement, seulement on en est bien loin lorsque l’on aborde son redéploiement. On devient un candidat parmi beaucoup d’autres et la compétition est de plus en plus rude et impitoyable.

Il convient donc de se démarquer, de faire émerger son profil de la masse en adoptant un autre support de communication.

La Flash Biographie qui tient sur une page A4 est rédigée dans un style narratif qui incite à la lecture, ce que fera volontiers le destinataire, qui implicitement, sait que cela ne lui prendra moins de 3 minutes.

Elle présente également un fort pouvoir d’attraction grâce à la photo du candidat en situation.

Elle expose l’essentiel utile pour retenir l’attention de son interlocuteur. Elle contient l’essentiel de ce que l’on veut communiquer : Expertise – Expérience – Personnalité.

Le « Marketing Emploi » d’un cadre senior chômeur relève plus d’une campagne de « promotion de ses talents » que d’une campagne de recherche d’emploi.

Une toute autre démarche qui tire son efficacité des techniques du marketing produit :

Attirer l’attention – Se faire connaître en informant – Susciter l’intérêt d’un échange – VENDRE…

Ce cadre senior dispose d’un potentiel opérationnel qui peut être mis très rapidement au service d’une organisation. Après tout, « il est disponible.. ! », mais dans ses actions il se trompe souvent d’objectif (retrouver un poste ou de l’activité n’est pas la même chose…), ou bien encore ses démarches ne sont pas assez professionnelles.

Une stratégie marketing PUSH – PULL

S’il dispose d’une expertise pointue, il doit cibler finement les structures à même d’utiliser ses talents (quelques unes) : identifier la personne qui peut être intéressée et trouver la manière de rentrer en contact avec elle (techniques utilisées par un ingénieur commercial qui veut vendre ses produits). Seulement dans ce cas, le produit c’est lui et c’est moins évident à promouvoir : difficulté évidente qui implique d’avoir une démarche réfléchie et structurée, cela demande de s’inscrire dans une stratégie PUSH de conquête.

Pour compléter mon propos, à contrario, un senior généraliste est désemparé face à cette méthode. Il ne voit pas qui pourrait être intéressé par ses capacités et c’est souvent dans façon de procéder qu’il recueillera le maximum de non réponses ou de prétextes d’évincement plus ou moins fallacieux. Le pire pour lui est qu’il les intègre et arrive à se dire « je suis surdimensionné, trop cher, trop vieux… ».

Ce cadre généraliste a un potentiel d’expérience irremplaçable et c’est ce qui constitue sa force, il doit donc mettre en avant les projets spécifiques qu’il a mené à bien au cours de sa carrière et au travers desquels il a accumulé du savoir-faire, qui vraisemblablement peut être transposé dans des contextes et des situations autres que celles qu’il a déjà vécues.

Une recherche d’emploi intensive

Simplement, ce n’est plus lui qui est le maître du jeu. Après avoir construit sa « Flash Biographie », il doit communiquer celle-ci à la plus vaste audience possible, de manière à faire réagir un décideur qui verra au travers de son profil l’opportunité de résoudre une problématique existante ou bien de mettre en oeuvre un projet latent laissé dans l’immédiat dans les cartons. Cette stratégie PULL (attirer vers son profil) se met en œuvre au travers de ses réseaux personnels et sociaux et demande de saisir toute occasion de communiquer son profil, salons, forum, en clair toutes opportunités de rencontres.

Naturellement dans ce contexte, si besoin est, on pourra mettre en œuvre une stratégie PUSH –PULL en mixant judicieusement les deux méthodes.

La flashBiographie se révèle également pertinente en cours de carrière, lorsque l’on est en poste, il est en effet utile de mettre son profil en exergue, de faire connaître son parcours, ses réussites.

Une excellente manière d’attirer l’attention de la hiérarchie sur son potentiel. Trop de cadres talentueux laissent de côté cette nécessité d’être acteurs de leur carrière pensant que leurs savoir-faire, leurs résultats sont suffisants pour être reconnus et promus en laissant de côté le faire-savoir qui pourtant est déterminant et que savent bien exploiter des collègues bien moins talentueux.

Et si l’on souhaite se lancer dans l’entreprenariat, voie royale de poursuite d’activité pour les seniors et qui attire de plus en plus de quadras en quête de sens sur leur devenir, il est clair que la FlashBiographie devient un support marketing de tout premier plan. Dans notre cabinet de portage salarial HPR, tous les consultants joignent leur flashBiographie à leur propositions d’interventions.

Une bonne façon de débanaliser celles-ci pour se voir confier des missions.

Chronique d’un consultant heureux 2/3

Dans mon précédent billet je vous racontais comment j’en étais venu au portage salarial avec HPR, à savoir que, sur le plan financier, le résultat s’avérait le même, voire plus avantageux, que dans les autres formules (société, libéral…), avec les inconvénients en moins.

Aujourd’hui je vais vous indiquer et, j’en suis certain, de façon non exhaustive, les autres avantages que j’y ai trouvés et qui sont dignes d’être rapportés :

1 – Vous êtes dégagés de tous les soucis de gestion

Si vous faites partie des consultants qui (comme moi) n’aiment pas trop la « gestion », ni pour le temps perdu, ni pour ses aspects rébarbatifs, alors le portage est une solution idéale ; vous ne vous occupez de rien : HPR s’occupe de tout. Votre temps passé sur la gestion va se résumer à une heure par mois à remplir 2 feuilles : votre feuille de frais liés à votre activité, et votre bordereau de frais de fonctionnement.
Pas de temps perdu sur des tâches fastidieuses, pas de comptable, pas d’échanges directs avec les différentes caisses, organismes, etc… HPR s’occupe de tout !
Vous pouvez mobiliser votre énergie pour votre cœur de métier et le temps gagné sur la gestion pour aller jouer au golf…

2 – Bien qu’intégré dans une entreprise, vous fonctionnez de manière très autonome

Vous orientez vos recherches, assurez votre prospection, négociez vos contrats à votre convenance. Il en est de même pour vos créations, votre organisation, vos tarifs, etc… vous fonctionnez comme vous l’entendez; avec l’avantage de ne pas vous sentir seul et d’être assuré que vos pratiques s’inscrivent bien dans les usages du marché.

3 – Vous bénéficiez d’un environnement de travail stimulant

Une équipe d’assistantes qui s’occupent de vous, une communauté très large de consultants de haut niveau dans des domaines très divers, auxquels vous pouvez faire appel pour (supprimer pour) le moment venu. C’est très enrichissant de pouvoir partager des talents.

4 – Vous conservez un statut de salarié

Ce qui est extrêmement intéressant lorsque vous avez passé 20 ou 30 ans en entreprise, car cela vous permettra de continuer à cotiser à toutes les caisses comme par le passé, ce qui est beaucoup plus avantageux en terme de couverture sociale et notamment en gain de points de retraite (SS, ARRCO, AGIRC). Mais soyez confiants, HPR s’occupe de tout !

5 – Vous n’avez de charges que si vous travaillez

Et seulement au travers des salaires qui vous sont versés. Pas de forfaits ou autres cotisations fixes qui tombent régulièrement même lorsque vous, n’avez pas d’activité.

6 – Vous bénéficiez d’un compte financier accessible en intranet

Qui vous permettent de suivre vos opérations en temps réel: facturation, encaissements, salaires versés, frais remboursés le tout consolidé dans un compte courant consultant qui vous permet à tout moment de savoir où vous en êtes sur un plan financier.

7 – Vous décidez de votre plan de rémunération en fonction de vos besoins

Tout en respectant la réglementation en vigueur vous vous construisez une rémunération à la carte, vous pouvez lisser vos salaires, décider du moment de vous verser des primes, c’est vous le patron !

8 – Vous profitez

* d’une marque « High Potential Resources » qui constitue une excellente  image
* d’une adresse attractive à Paris dans le 8eme, dans le triangle d’or des affaires
* de locaux équipés pour assurer vos RV où tenir une réunion
* d’une équipe d’assistantes efficaces et très attentionnées
* de la communication institutionnelle développée par HPR qui ramène de la notoriété et,
assez souvent des missions proposées en interne

9 – Vous pouvez, dans vos démarches, vous faire accompagner du « patron »

Jean Pierre Ayer, notre président, qui se fait un plaisir de partager avec vous son expérience voire même si besoin, vous accompagner lors d’un RV décisif.

10 – Des propositions de missions diverses

Vont vous parvenir régulièrement de la structure avec des chances augmentées de l’emporter quand celles-ci tombent pile dans vos cordes.

11 – Avec HPR vous bénéficiez d’un Plan d’épargne entreprise abondé à 300%

Ainsi, tous les ans, vous pouvez dégager 4 000€ (en 2013) exonérés de charges et qui seront très bien placés sur un compte du Crédit Industriel et Commercial.

12 – Enfin, et c’est un élément important

Avec HPR vous bénéficiez d’un plan d’intéressement qui vous permet de percevoir annuellement une prime substantielle, en liaison avec votre activité et les résultats de la société, une manière intelligente de partager la contribution de tous aux résultats.

Comme je l’indiquais dans mon premier billet,
le portage salarial mérite d’être mieux connu !
Et, au sein de ce secteur qui a désormais son cadre législatif, HPR mérite le détour, que vous désiriez vous lancer ou que, déjà installé, vous souhaitiez confronter votre statut actuel avec ce qu’il pourrait être au sein de HPR.

A bientôt, dans le prochain billet pour vous parler d’une « fin de carrière en beauté ».