Vincent Ohl, photographe de renom et consultant HPR

Vincent Ohl est un auteur-photographe de renom spécialisé dans la réalisation de portraits notamment dans le domaine de sport, mais aussi auprès des entreprises et institutionnels. Depuis peu, Vincent a rejoint la communauté de talents HPR. Interview.

Vincent, vous avez un parcours unique mêlant art et découverte du monde. En résumé, pouvez-vous nous le présenter ?

Dès mon enfance, je me suis intéressé au monde de l’image et du cinéma. Je n’ai toujours communiqué qu’à travers l’image, domaine qui s’est présenté à moi comme une évidence.
Autodidacte et après des études classiques de photographie, je n’avais qu’une envie : être sur le terrain et voyager.

A 19 ans, je décide de partir seul au Rwanda pour réaliser un reportage. Ma démarche a toujours été une prospection humanitaire, sociale ou économique des pays. Découvrir le monde tel qu’il est réellement, découvrir le monde défavorisé, l’enfance, me passionne.
Ensuite, je me suis très vite orienté vers l’Asie.

A 23 ans, j’écris un projet sur la tradition tibétaine selon une pure dimension spirituelle, puis je pars au Tibet à 25 ans. Mon objectif : réaliser un mur d’images sonorisé (qui peut être défini comme un film), qui est ma spécialité. Cela m’a demandé 4 ans de travail, il a été diffusé pendant 3 ans.
Pour ce projet, j’ai eu la chance de côtoyer de grands noms et personnalités tibétaines dont le Dalaï Lama.

« Le voyage, une raison d’être »

De retour en France, je reprends une vie plus sédentaire. Je travaille avec beaucoup d’institutionnels mais toujours sur ma spécialité : les diaporamas.
Mais je repars très vite à travers le monde destination : l’Himalaya.

Je réalise une véritable exploration de l’Asie et réalise des murs d’images sur les alpinistes et les explorateurs du Tibet. Je souhaite transmettre ces notions de l’aventure, de l’engagement, de l’exploration du monde.
Ces films ont été projetés dans des festivals parisiens dont le festival Jules Verne : j’y ai connu un beau succès.
C’est au travers de ce festival que j’ai connu des athlètes, d’où l’élargissement de mon art dans le milieu du sport.

« Plus qu’un parcours, un destin »

Une rencontre décisive a été celle avec Jean Galfione. Il me propose de réaliser une série de portraits d’athlètes pour les championnats du monde d’athlétisme qui se déroulait à Paris en 2003. Ces portraits ont fait l’objet d’un livre qui est devenu LA référence, l’emblème du championnat pour les institutionnels. Cet événement m’a alors littéralement propulsé dans le monde du sport.

Mais je tiens à préciser que ma marque de fabrique est bel et bien les portraits, que je transpose dans le sport avec les portraits d’athlètes.
Je ne photographie pas sur le terrain ou dans les stades, je réalise une photographie ayant une dimension onirique. Je cherche vraiment à m’intéresser à la personne  que je photographie afin de pouvoir retranscrire la personnalité, l’humain de chacun.
Je suis alors un photographe-portraitiste du sport, selon une approche humaniste du sport.

Après avoir connu de beaux succès dans le monde de l’art, de la culture, puis dans le domaine du sport, vous proposez désormais vos talents aux entreprises tous types confondus. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En parallèle de mes projets humanitaires, j’ai souhaité ouvrir ma passion des portraits aux entreprises et institutionnels.
Je leur propose aujourd’hui de mettre à profit cette passion selon plusieurs objectifs :
– Révéler la valeur humaine et la richesse des entreprises
– Communiquer sur les métiers
– Valoriser les compétences et votre collectif de travail
– Dynamiser les ressources humaines autour d’une réalisation photographique
Je réalise alors un vrai travail pour valoriser l’humain dans l’entreprise en plaçant l’Homme au cœur de mon art.

Pour donner un exemple, j’ai participé à une série de portraits pour la RATP. J’ai alors réalisé le portrait de 50 salariés, mais qui n’étaient pas des portraits type photomaton. Je les ai photographiés sur le vif de nos discussions dans le but de retranscrire la dimension humaine de l’entreprise.
Cette série de portraits a connu un énorme succès lors de sa présentation au Grand Palais à Paris !

Auprès de ces entreprises, j’insiste sur mon but qui est de magnifier l’homme dans son environnement sportif, de travail ou associatif en le plaçant sur le devant de la scène.

Pour facturer vos prestations, vous avez choisi d’avoir recours au portage salarial en intégrant High Potential Resources – HPR. Pourquoi ?

Les mots qui me viennent naturellement à l’esprit sont simplicité, efficacité, rigueur et suivi.

J’ai déjà créé des sociétés, mais leur gestion administrative me demandait beaucoup trop de temps et ne permettait pas de me consacrer pleinement à mes activités.
Je suis toujours sur le terrain, et le fait de recourir à HPR me permet de me concentrer sur mon savoir-faire. Cela me fait gagner énormément de temps, et me permet de rester dans mon corps de métier qui n’est pas la gestion d’une entreprise.

D’ailleurs, c’est la première fois que je deviens salarié d’une entreprise. Mais ce statut via le portage me convient parfaitement car je peux gérer sereinement et en totale autonomie toutes mes activités.

A ce propos, quelles sont vos activités aujourd’hui ?

D’un point de vue plus personnel, je mène de nombreux projets de front en particulier avec le monde de l’enfance qui est un domaine qui me fascine depuis toujours. Je suis initiateur de projets et créateur de rencontres.

Par exemple, je crée un vrai lien entre le sport et la jeunesse, un rapprochement des athlètes avec les jeunes. A Casablanca au Maroc, j’ai demandé à des sportifs de venir rencontrer la jeunesse marocaine. J’ai réalisé un reportage sur cette rencontre unique pour ces jeunes qui étaient complètement émerveillés.

« Une photographie humaniste, documentaire, humanitaire »

Un autre programme qui me tient à cœur est une démarche que je mène en Irak.
Dans la volonté de transmettre mon savoir, mes connaissances dans le domaine de la photo, j’ai créé des ateliers photographiques pour la jeunesse irakienne dans le but de les former à la photographie et à la communication visuelle.  Cette action s’inscrit toujours dans cette démarche de la rencontre et de découvrir les talents de demain. Ces ateliers sont programmés dans d’autres pays dans le monde.

Pour moi, cette transmission de mon savoir auprès des jeunes est nécessaire pour la passation de mon flambeau…

« Une valorisation de l’entreprise »

En parallèle, je continue de proposer mes prestations aux entreprises dans le domaine du portrait et des métiers, fruits de l’expérience de mes actions à l’international.

Ce travail photographique au sein des entreprises se traduit aussi, en dehors des prises de vues de portrait, par la mise en place d’atelier photographique permettant la formation des salariés à la communication et à l’expression visuelle. Ils participent ainsi à la réalisation de leur propre portrait et à la valorisation de leur entreprise.

Les publications de Vincent Ohl :

– 2003, Femmes athlètes, éditions Marval
– 2004, Hommes athlètes, éditions Marval
– 2004, Enfants d’Afghanistan, éditions Marval
– 2006, Maroc, Enfants des rues, éditions Marval
– 2006, Rencontres, Jeux de la Francophonie au Niger
– 2006, Choisis ton Cap (Transat Ag2r de Jean Galfione soutenue par NIVEA)
– 2007, Rugbymen, entrons dans la légende, éditions Du Panama

Visitez le profil Facebook de Vincent Ohl en cliquant ici

Contacts :

  • High Potential Resources – HPR
    01 58 22 25 10
    contact@hpr-ressources.com
  • Vincent Ohl
    +33 (0) 6 15 88 23 19
  • Nelly Perlade – agent artistique de Vincent Ohl
    +33 (0) 6 78 13 71 01
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *