Articles

Le Portage Salarial conjugue avec bonheur besoins et désirs !

Le Portage Salarial répond, plus que toujours pour les plus de 50 ans, au besoin de retrouver de l’activité. Souvent en rupture de poste sur le tard, ceux-ci sont en effet encore confrontés à la frilosité des employeurs pour leur signer un contrat de travail. Les besoins de ces seniors sont avant tout d’ordre économique, mais oublier les dimensions psychologiques et humaines serait réducteur.

Il est en effet certainement plus important pour eux de redevenir acteurs de leur devenir professionnel et d’être toujours considérés comme des contributeurs talentueux.

Fluidité pour l‘entreprise, autonomie et sécurité pour l’intervenant.

Le Portage Salarial permet de lever les freins à l’embauche en apportant la flexibilité attendue par les entreprises. On signera un contrat de prestations relevant du droit commercial et non du droit du travail, considéré en France maintenant comme trop contraignant voire bloquant !

Le Portage Salarial répond au besoin bien légitime du candidat de pouvoir bénéficier de la continuité du statut de salarié qui l’a accompagné dans les ¾ de sa carrière. Passé 50 ans, il a tout à gagner à rester dans le même régime (retraite, protection sociale, santé…) et à sécuriser son parcours professionnel en bénéficiant des prestations des EPS (1) les plus avancées, notamment celles adhérentes au PEPS (2) .

Pour l’entreprise le besoin est de s’adjoindre une ressource précieuse et utile à l’avancement de projets ayant des compétences qu’elle ne détient pas en interne, mais pour laquelle elle n’a pas de visibilité de poursuite une fois le projet abouti. Le recours à une mission ponctuelle confiée à un intervenant externe expérimenté prend alors tout son sens.

S’adresser à une EPS (1) solide pour porter cette ressource facilitera grandement la gestion de la mission pour le directeur de projet et ses collègues des services associés (Facturation des prestations dans le cadre d’un budget maîtrisé, harmonisation des process administratifs et comptables et pour ce qui concerne HPR (4) apporter si besoin son savoir-faire dans le management d’experts de haut niveau à forte personnalité).

Au niveau de l’entreprise « donneuse d’ordre », le désir de s’appuyer sur le Portage Salarial ® repose, au-delà des facilités de gestion, sur son désir de maintenir son image en s’appuyant sur l’EPS pour conserver son rôle social dans le droit fil des valeurs qui l’animent et établir une relation loyale et commercialement honnête avec l’intervenant.

 

La dimension humaine, fer de lance du statut de porté ?

Cette attitude adoptée par les EPS les plus avancées est aux antipodes des structures opportunistes et velléitaires qui s’appuient aujourd’hui sur la publicité vantant les mérites de l’entrepreneuriat pour «recruter » en tentant de s’exonérer des contraintes réglementaires et de protection sociale.

Ce qui caractérise, osons le dire, chez celles-ci l’absence totale de prise en compte des aspects humains.

Il suffit de parcourir les offres d’emploi dans la presse pour voir fleurir le nombre d’annonces proposant des « postes » sous un « statut d’indépendant » (délicats euphémismes…) en poussant le bouchon encore plus loin en exigeant de disposer « d’une voiture personnelle » … et pour couronner le tout, cela va mieux en le disant, en payant avec une fronde… !

On note un engouement de plus en plus important pour le Portage Salarial © , chez celles et ceux qui ont le désir de donner un autre sens à leur devenir professionnel. Désirs d’autonomie, désirs d’accomplissement de soi, désirs d’entreprendre en devenant leur propre patron… et ce à différentes étapes de leur carrière.

Vouloir établir une relation nouvelle à l’emploi, où la notion de liberté prédomine, s’exprime de plus en plus. Et quand on peut satisfaire ses désirs sans bouleverser sa protection sociale en changeant de statut dès le début de l’aventure, cela facilite grandement le passage à l’acte pour « saisir ses chances » (3) comme disent nos cousins québécois qui ont le positivisme chevillé au corps.

Il m’est plaisant de constater que quelques EPS choisissent elles aussi de s’inscrire dans la voie tracée par HPR 4 qui est de travailler dans l’excellence, dans une démarche de qualité totale, en privilégiant avant tout la dimension humaine dans la relation, bien devant les considérations économiques.

Les cadres et les dirigeants n’échappent pas au dilemme !

Les cadres et les dirigeants sont bien sûrs concernés. Nous en sommes témoins chez High Potential Resources (4) puisque nous avons mis en place depuis longtemps les services attendus par ce segment aux attentes bien spécifiques. Les missions portées sont très souvent confidentielles, parfois discrètes, se déroulent sur plusieurs années, voire même sur des théâtres sensibles à l’international.

Ce sont autant de contextes et de situations où notre expérience capitalisée depuis plus de 20 années nous confère une dimension de conseil de tout premier plan.

Alors, le Portage Salarial © est-il la troisième voie entre « le salariat subordonné » ou « la totale indépendance » ?

  • Celle qui, dans l’immédiat, permettrait de concilier avec bonheur les besoins et désirs de tous les acteurs pour sortir de situations bloquées.
  • Celle qui contribuerait à faire baisser un nombre de chômeurs seniors qui ne décroît pas.
  • Celle qui permettrait d’utiliser des ressources de talents inemployées alors que notre économie en a grand besoin …

Au final, ce dispositif innovant pourrait-il contribuer à mettre en place une nouvelle donne qui faciliterait la rencontre des talents et des besoins ?

Pourrait-il ainsi aider à produire les richesses attendues du modèle économique dans lequel nous sommes…?

Et, finalement, réconcilier les citoyens avec la notion de bonheur qui leur fait défaut aujourd’hui.

 

1. EPS : Entreprise de Portage Salarial
2. PEPS : Syndicat des Professionnels En Portage Salarial
3. Nos cousins québécois n’utilisent pas l’expression « Prendre des risques » mais « Saisir ses chances… »
4. High Potential Resources (HPR) Entreprise de portage salarial de troisième génération, plateforme de talents de hauts niveaux ou tout un chacun est acteur du développement de l’entreprise

Les seniors : Un potentiel inexploité

L’avenir appartient aussi aux seniors

avenirBon nombre de pays européens l’ont déjà intégré. Malgré cela, la France s’inscrit encore « mauvaise dernière » quant au taux d’employabilité des seniors
Une simple analyse met pourtant en exergue le déficit annoncé du remplacement des départs en retraite par l’arrivée des jeunes sur le marché du travail.

Plus grave, cette approche chiffrée ne prend pas en compte le potentiel d’expérience détenu par les « seniors ». Ceci s’avère particulièrement vrai pour les tenants des postes à responsabilité qui ont une importante capacité à générer une forte valeur ajoutée au travers de leurs expertises maîtrisées. Le constat est pour moi flagrant : le nombre de retraités rappelés pour leurs connaissances techniques ne cesse de croître, un exemple entre de nombreux autres, les foreurs pétroliers. Cela fait plus de 20 ans que l’on ne forme plus de foreurs, le renchérissement de l’énergie conduit à exploiter de nouveaux gisements et nos anciens ont des « savoir-faire » inégalés.

« On sait même forer à l’horizontale », me confiait avec un sourire malicieux le candidat rejoignant notre cabinet conseil, et devant mon étonnement quand à l’intérêt de faire cela me précisait… « ça permet parfois d’aller fouiller dans le sous sol du voisin…(sic) ». Plus sérieusement le forage horizontal permet l’extraction de naphta trop compact pour être exploité par les procédés classiques.

Une voie royale pour les techniciens…

Que dire aussi de cet ingénieur électricien retraité, spécialiste des câbles à très haute tension dont l’âme métallique baigne dans une huile dissipant la chaleur émise par le courant. Cette technologie a été abandonnée il y a bien longtemps. Mais plusieurs centaines de kilomètres de ce type de gaine sont présents dans les sous-sols de Paris. Cela vieillit et peut s’enflammer, la gare Montparnasse a faillit en faire les frais il y a quelques années…, conduisant EDF à faire faire dans l’urgence un audit de ses réseaux

Notre ingénieur sollicité à fait économiser à EDF plus d’un million d’euros sur le montant de la révision en apportant son expérience, il connaissait les points sensibles et conséquence très utile la sécurisation du réseau a pu être conduite dans un temps record.

Ce type d’action doit pouvoir se concrétiser rapidement, simplement, en toute sécurité et c’est entre autres dans ce genre de situations que nous apportons au travers du portage salarial une solution répondant aux attentes des acteurs.
Aide à l’élaboration du cahier des charges, définition des livrables attendus, exécution des prestations dans le respect d’une méthodologie assurance qualité, évaluation des résultats….

Nous parlons bien sûr du « Portage salarial éthique » tel qu’il est pratiqué au sein du PEPS. Nous sommes aux antipodes de la simple transformation d’honoraires en salaires pratiquée par de plus en plus de structures velléitaires se prévalant de cette appellation, sans apporter aucune garantie sérieuse.

L’expertise des seniors représente une opportunité pour les entreprises privées et publiques, elle peut être maîtresse comme dans les exemples cités ci-dessus, mais plus souvent, le consultant expert viendra apporter ses talents au sein d’une équipe projet. Quoi de plus simple pour le directeur de projet que de s’adjoindre ponctuellement une ressource précieuse pour la réussite de sa mission.  La prestation facturée sous forme d’honoraires s’inscrira dans son enveloppe budgétaire et il déléguera la gestion salariale et sociale de l’intervenant au cabinet conseil pratiquant un portage salarial sérieux.

Les trois cycles de vie professionnelle…

La possibilité d’intervenir comme consultant au travers de missions constitue, à mon sens, la voie royale pour gérer l’employabilité des seniors. Le portage salarial est un support simple et rapide pour le faire en tout sérénité et pourquoi pas de manière pérenne. S’inscrire dans une logique de missions sur la fin de carrière permettrait a ces contributeurs hors pair de faire bénéficier plusieurs entités de leur savoir faire.
Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article Les 3 cycles de vie professionnelle.

Les formes alternatives d’emploi en question

Participation de Jean-Pierre Ayer au chat video APEC

En juin dernier, Jean-Pierre Ayer, président d’HPR, a participé au chat vidéo de l’APEC sur le sujet des nouvelles formes d’emploi.

Durant de ce chat, il a été donné à Jean-Pierre Ayer l’opportunité de présenter la société High Potential Resources ainsi que le dispositif du portage salarial.

De nos jours, de plus en plus de salariés veulent se mettre à leur propre compte, créer leur société ou tout simplement changer de voie professionnelle.

Il existe de nombreuses alternatives au salariat classique : management de transition, auto-entreprenariat, SCOP et bien-sûr portage salarial.

Pendant environ une heure, Jean-Pierre Ayer et Cécile Garofoli, consultante APEC nous éclairent sur les formes alternatives d’emploi accessibles aujourd’hui.

Vous voulez changer de job ? Vous mettre à votre propre compte ? Ouvrir votre entreprise sans perdre vos avantages sociaux, mais ne savez pas comment ?

 

Seniors, racontez-vous auprès des recruteurs !

Par Christine Lagoutte.

Logo FigaroÀ partir de 50 ans, les stratégies pour accéder à l’emploi se démarquent des voies traditionelles : marquer les faits saillants de ses différentes expériences en y incluant les changements de parcours peut devenir un atout.

Comment rebondir lorsqu’on a 50 ans et que l’on vient de perdre son job? «En travaillant son marketing personnel et en créant sa différence pour pouvoir coiffer sur le poteau d’autres candidats dans la même situation», conseille Jean-Pierre Ayer, président de la société de consultants High Potential Resources (HPR) et auteur de « Vae Retro Curriculum Vitae ? Et si on faisait autrement…. »

Simple sur le papier, mais un peu moins dans la réalité, diront les intéressés. Partant du principe qu’une carrière est rarement linéaire mais qu’elle est plutôt faite de changements de postes, d’entreprises, voire de métiers, il s’agit pour le senior de dégager les faits saillants de ses différentes expériences pour «s’inscrire dans une démarche quasi permanente de promotion de ses talents», ajoute-t-il.

«Flash Biographie»

Mais attention de ne pas se tromper de moyen de communication.

«Le CV n’est pas l’outil adapté aux seniors cadres en recherche de redéploiement. Ils doivent en effet dépasser la simple stratégie de recherche d’emploi et construire véritablement leur biographie et leur histoire autour de leurs points forts», martèle-t-il.

Jean-Pierre Ayer, qui a connu plusieurs carrières chez Colgate-Palmolive, Olivetti, Pioneer et la Cegos, propose dans son livre une méthode dite de la «Flash Biographie», un support de communication destiné à travailler efficacement son réseau. Pour Jean-Pierre Ayer, tout le monde, quels que soient sa formation et son parcours, a une histoire à raconter. À condition de suivre une méthode structurée autour de la mise en valeur de son expertise technique, de son expérience managériale et de sa dimension comportementale (traits de personnalité). «Le senior se construit ainsi un profil professionnel dynamique, qui ne met en avant que les pépites de son histoire professionnelle et qui lui permettra d’attirer l’attention d’éventuels employeurs», affirme-t-il.

Le Portage Salarial : une vrai opportunité …

Parachute

Le « Portage salarial » est né vers la fin des années 80. Il répondait au besoin des cadres seniors chômeurs qui, pour retrouver de l’activité, devaient s’inscrire dans une logique de prestations de services facturées en honoraires et qui pour autant ne voulaient pas perdre la protection sociale et l’assurance chômage attachées à leur statut de salarié.

Il serait très réducteur, aujourd’hui, de limiter le rôle d’une société de portage salarial à la simple facturation d’honoraires à des clients en liaison avec l’embauche salariée d’un intervenant. C’est cependant le cas pour bon nombre de structures qui se prévalent de cette appellation souvent même en dehors de toute éthique.

Le Portage Salarial modifie le rapport patron/salarié

Le Portage salarial répond à une profonde mutation des relations employeur/salarié pour les cadres autonomes, la valeur ajoutée apportée par ces derniers relevant plus d’une construction sociale de conception, d’innovation et d’engagement que d’une relation organisée autour d’un lien de subordination.

Cette évidence est complétée par le concept de travail immatériel où la valeur ajoutée apportée par l’activité résulte davantage des capacités intellectuelles de l’intéressé que de sa contribution physique à des tâches pouvant être confiées à des « machines ».
D’où le net glissement vers la prestation de service, définie autour des livrables attendus du client et rémunérée sur la base de critères objectifs définis par le marché.

Les cadres sont de plus en plus autonomes

C’est bien cette évolution des relations à l’emploi qui a conduit les entreprises sérieuses du portage salarial à se regrouper au sein du PEPS*. Objectifs : organiser cette profession et conclure avec les partenaires sociaux et les pouvoirs publics les accords répondant aux attentes des différents acteurs en présence.

Le Portage salarial répond de manière pertinente au besoin d’autonomie ressenti de plus en plus tôt chez les cadres.

Notre marché reste prédominant sur le segment des seniors débarqués sur le tard, qui trouvent au travers de missions une voie royale de poursuite de leur activité. Cependant, nous voyons de plus en plus de « quadras » en quête de sens sur leur devenir professionnel, nous rejoindre pour se lancer dans une carrière de consultant. Ce phénomène est encore plus marqué chez les femmes souvent par choix raisonné de leur mode de vie.

Portage Salarial : un management des ressources bien particulier

Cette forme de travail émergente réclame beaucoup de sensibilité et d’écoute des aspirations de ces salariés d’un nouveau type. Face à de tels talents, pas question de se comporter en manager classique, directives et contrôles ne seraient pas acceptés.

Pour parler de notre expérience de près de 15 années, un intervenant rejoignant High Potential Resources attend avant tout l’excellence dans le suivi administratif de son activité, un support adapté au développement de son business et naturellement une rémunération en rapport avec son engagement.

High Potential Resources constitue une plate-forme de talents qui fonctionne avec une organisation qui a demandé plus d’une décennie d’ajustements permanents pour aboutir à un modèle économique cohérent et pertinent.

C’est pourquoi nous offrons, entre autres, un système de rémunération innovant et performant en relation avec les fonctions dévolues à chacun des acteurs.

La plate-forme HPR apporte sa rigueur financière, administrative et comptable et le sérieux de son organisation. Le consultant apporte son expertise technique – son sens de la relation client – sa capacité commerciale pour trouver et fidéliser ses clients.

Tous les acteurs agissent selon une méthodologie d’assurance qualité visant la satisfaction de tous. Les revenus nets avoisinent 50 % du montant des honoraires facturés et dépassent 60 % pour les « master consultants ».

Nous avons œuvré pour développer une image de « cabinet-conseil » de haut niveau et tous ceux et celles qui développent une activité pérenne au sein d’HPR se vendent aux prix/jour des grands cabinets internationaux.

Et c’est délibérément que nous avons choisi d’être une structure à taille humaine, en forte expansion maitrisée, permettant de privilégier des relations chaleureuses au quotidien difficiles à trouver au sein de plus grandes structures.

Les seniors et le portage, une histoire qui dure (2/2)

Le troisième cycle de vie professionnelle

Il débute passé 50 ans, âge où l’on rentre dans la catégorie des « seniors », c’est le cycle des turbulences et des dangers.
En effet, qui peut raisonnablement prétendre se trouver dans un poste sécurisé passé 50 ans ?
L’expérience depuis 15 ans et à la suite de centaines d’entretiens avec des cadres dirigeants permet d’affirmer que personne n’est à l’abri, pour des raisons nombreuses et variées, d’une rupture de poste survenant sur le tard.
Une carrière professionnelle est rarement linéaire, changement de poste, de fonction, d’entreprises voire de nos jours de métiers.
Les points les plus sensibles se situent lors des ruptures majeures surtout lorsqu’elles se produisent sur le tard.
La question est de savoir comment rebondir à plus de 50 ans, lorsque cela devient nécessaire ?

Le terrain de jeu pour les seniors


Les annonces

L’entreprise passe une annonce lorsqu’elle n’a pas réussi à trouver le candidat par le biais de son réseau relationnel, la conséquence est qu’elle recevra jusqu’à plusieurs centaines de candidatures.
Celles-ci seront criblées au travers de plusieurs tamis de sélection, expérience du secteur, âge, rémunération… adéquation au poste… autant dire que la perspective  de se retrouver en «short liste» se résume à une peau de chagrin. S’écarter d’un seul des critères du profil-type est éliminatoire.

Les candidatures spontanées

Viser une embauche rentre dans la probabilité de gagner les quatre bons numéros du loto de la française des jeux,
soit 1 sur 1 053 !

Ces deux démarches s’inscrivent dans le cadre du marché apparent de l’emploi, il convient d’élargir de champ.

 ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Analyse du marché de l’emploi

L’entreprise s’organise par projet, si le projet est de nature stratégique, elle va chercher à confier la responsabilité de sa conduite à un directeur ou chef de projet. Ressource qu’il va trouver en interne et si il ne la trouve pas, il va chercher à la recruter en externe.

Ce responsable de projet n’a pas vocation à gérer socialement ce type de ressource, son intérêt est de s’adjoindre des talents qui vont combler une carence dans son dispositif. Il agit dans le cadre d’un budget et préférera donc gérer cet apport au travers d’une facturation d’honoraires, se délestant ainsi des aspects sociaux.

Passer d’une mentalité d’employé à celle de prestataire

Les entreprises en France sont réticentes à embaucher un senior, les chiffres sont là. Multiples sont les raisons objectives ou irrationnelles qui conduisent à cette situation.

Etablir une relation par le biais d’un contrat de prestations de service va permettre de lever ces hésitations et contraintes. Il est plus simple de formaliser un contrat d’intervention dans le cadre d’une mission précise, avec un descriptif des livrables attendus… Ces derniers peuvent être appréciés, évalués…

Compte tenu des contraintes liées au droit du travail français, certaines structures étrangères préfèrent faire appel à de la prestation de service plutôt que d’embaucher, par méconnaissance du paysage réglementaire, ou en fonction de rumeurs ou d’idées reçues…
Plutôt que de s’offusquer ou de lutter contre cet état de faits, autant s’appuyer sur ces volontés et faciliter la conclusion d’un accord.

Le premier point fort en intervenant en tant que consultant, est  l’absence de lien de subordination, donc une certaine liberté dans le choix des méthodes pour remplir la mission ainsi que dans la gestion du temps.

Autre aspect bénéfique lors d’une intervention en tant que consultant, est la confrontation à l’essentiel. Le temps est précieux – la facturation s’établit au temps passé. Les demandes sont donc prises en considération, les rendez-vous sont respectés ainsi que le timing des réunions…
Quant à la protection sociale et à la sécurisation du parcours professionnel, le portage salarial garantit  les mêmes droits qu’un salarié, tout en apportant la flexibilité attendue par l’entreprise.

Le portage salarial  permet de rester actif  après 50 ans

Retrouver un emploi à plus de 50 ans est un réel défi.
Mais que faire si l’opportunité d’une mission se profile et que créer son entreprise présente de haut risque et des lourdeurs administratives ?
Le portage salarial permet d’assurer des missions en toute autonomie en gardant le statut de salarié. Ce dispositif est d’autant plus plébiscité par les seniors qu’il requiert des expériences pointues et une grande autonomie.
Le porté senior garde l’initiative des contacts, met au profit d’une ou plusieurs entreprises son expérience, de ce fait son âge devient un véritable atout.

Pour le cadre senior, le portage salarial offre plusieurs avantages :

  • Valoriser son expérience
  • Donner une nouvelle orientation à sa carrière
  • Dépasser les difficultés de recrutement dues à l’âge
  • Conserver le statut de salarié pour compléter ses droits à la retraite ou cumuler  retraite et salaire

Aujourd’hui, plus d’un tiers des Professionnel Autonomes portés par les sociétés du Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial PEPS sont les seniors (39%).

Les seniors et le portage salarial, une histoire qui dure (1/2)

Contre-performance de la France pour l’emploi des séniors

La France enregistre un taux d’activité chez les seniors inférieur à la moyenne de l’Union européenne, d’après les derniers chiffres publiés en mars 2013 par l’Insee.
Les 55-64 ans n’ont, en effet, pas échappé à la hausse du taux de chômage causée par la crise économique.

La France fait figure de mauvais élève au sein de l’Union européenne. Le taux d’emploi des seniors est de 39,7% dans l’hexagone alors que la moyenne de l’UE des 27 se situe à 46,3%. La France se place ainsi dans le dernier tiers du classement, loin derrière la Suède (70,5%), l’Allemagne (57,7%) ou encore le Royaume-Uni (57,1%). Ces pays ont atteint l’objectif de Lisbonne de plus de 50% des 50-64 ans en emploi. Une minorité de voisins font néanmoins pire que la France comme le Luxembourg (39,6%), la Belgique (37,3%) et l’Italie (36,6%).

Les personnes entre 55 et 64 ans n’ont pas été épargnées par la hausse du chômage entre 2008 et 2011. Il a crû de 1,9 point en France pour s’établir à 6,5%. Toutefois, il est légèrement inférieur à la moyenne européenne en 2011 (6,7%).
Les hommes sont les plus touchés par le chômage des seniors. Entre 55 et 59 ans, la proportion d’hommes actifs a chuté de 79% en 1980 à 60% en 2000, sous l’effet des réformes des retraites. Et celui des femmes a crû de 43% à 46% sur la période 1975-2000.

Le Portage Salarial, une manière intelligente d’utiliser les talents des séniors

Les cadres dirigeants seniors ont été les premiers, il y a 20 ans, à utiliser de manière confidentielle le Portage Salarial au sein de clubs fermés. Il convenait, pour eux, de réaliser des missions facturées en honoraires, sans sortir du statut de salarié tout en gardant les avantages qui s’y rattachent. Depuis, ce dispositif s’est considérablement développé. Il aura fallu attendre 2007, pour voir apparaître un premier accord encadrant la pratique du portage salarial.

Le Portage Salarial un moyen pour sortir de la crise

Ajuster le temps de travail en fin de carrière, utiliser au mieux les talents des séniors, leur expérience, leur expertise sont autant de voies bénéfiques aux entreprises et aux intéressés.
Il est vraisemblablement utopique de vouloir aller à l’encontre du comportement des entreprises qui sortent prématurément les séniors de l’emploi classique. La courbe des salaires en France conduit à des rémunérations élevées en fin de carrière, en inadéquation avec la productivité des intéressés lorsqu’ils restent dans les mêmes fonctions au sein d’une même entreprise.
Une des solutions pertinentes l’externalisation partielle, garder les ressources utiles en interne à hauteur de quelques dizaines de jours par an et favoriser l’essaimage vers d’autres entreprises, le Portage Salarial autorise cela avec beaucoup de facilité.

Lever les freins à l’embauche des séniors

Outre la perception d’avoir à payer des salaires élevés, on retrouve également un frein à l’embauche des séniors, ressources qui pourtant seraient forts utiles ponctuellement dans le cadre d’un projet, simplement parce qu’on ne saurait quoi faire de ce salarié une fois le projet terminé.

C’est un chef de projet qui est décideur, il n’a pas vocation à gérer socialement dans la durée une ressource salariée, il est bien plus simple pour lui d’avoir cette ressource facturée en honoraires dans le cadre de son budget de fonctionnement, là encore, le Portage Salarial répond parfaitement aux attentes de l’entreprise.

L’économie du Portage Salarial

Le senior va vendre ses talents sous forme de prestation de service à un « prix jour » sans commune mesure avec le coût salaire journalier d’une personne postée, seulement cette dernière est à temps complet, alors que notre «consulant senior» ne facturera que le temps réellement passé sur sa mission, donc avec une productivité maximale et un retour sur investissement optimum, nous en avons l’expérience au sein d’ HPR où le taux moyen de facturation/jour est de 1000 euros.

Dans ce contexte, l’équilibre économique est atteint pour tous les acteurs, nos dix années de pratique du Portage Salarial sont là pour témoigner de la pertinence de ce constat.

Le périmètre du Portage Salarial se précise, la différence avec l’intérim

L’entreprise a recours au Portage Salarial pour s’adjoindre des ressources apportant ponctuellement une expertise, des talents, des compétences n’existant pas de manière permanente au sein de sa structure, donc pas pour faire face à un accroissement temporaire de travail ou pour remplacer un salarié momentanément absent, situations qui relèvent du domaine de l’intérim. C’est dans ce contexte que l’étiquette de « consultant » prend tout son sens.

Ces ressources sont naturellement sous statut cadre au sein de l’entreprise de Portage Salarial et leur rémunération minimale validée par les partenaires sociaux est de 2 900 euros bruts mensuels. Chez nous, HPR, la rémunération moyenne est de 5 450 euros brut mensuel, mais comme notre raison sociale High Potential Resources l’indique, nous avons majoritairement des intervenants à haut potentiel.

Le Portage Salarial et l’embauche des 60 – 64 ans en temps partagé

Le Portage Salarial permet aux entreprises de pratiquer du temps partagé sans tomber dans le casse-tête du calcul des cotisations sociales dans un environnement multi employeurs, un des freins supplémentaire à l’embauche des séniors. Tout est centralisé par l’entreprise de Portage Salarial, on ne peut faire plus simple.

Le Portage Salarial offre donc aux entreprises un moyen de taille pour relancer une dynamique d’emploi des séniors, profitable à l’ensemble de l’économie, ce dont la France a bien besoin par les temps qui courent.